Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

27 mars 2020

Persepolis

Persepolis

 

Persepolis

Marjane Satrapi

L'Association, 2007

365 p.

36 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

A L’Association, on n’aime pas beaucoup le terme d’intégrale, alors on ne va pas en plus l’écrire sur le livre (certains n’hésitent pas). On préfère parler de monovolume (on ne l’écrira pas dessus non plus). Bref, ce livre rassemble les quatre volumes du Persepolis de Marjane Satrapi. On ne fera pas non plus le visuel de la couverture avec l’affiche du film, comme cela se pratique dans ces cas-là. Car il y a bel et bien un long-métrage d’animation de Persepolis qui sortira sur les écrans au moment du festival de Cannes, que Marjane a réalisé elle-même avec Winshluss, et qui sera aussi un événement. Que l’édition de Persepolis en un volume soit prête à cette occasion était la moindre des choses.

Mon avis

Voilà, j'ai ENFIN lu ce grand classique de la BD !

L'histoire de Marjane Satrapi m'a beaucoup intéressée (bien que je n'ai malheureusement pas toujours tout bien suivi côté situation géopolitique et historique de l'Iran...) Comme dans les BD de Riad Satouff (L'Arabe du futur), j'ai surtout aimé découvrir la vie et le point de vue d'une enfant / ado sur son pays et sur la guerre, ainsi que les différences culturelles entre leur pays d'origine et d'adoption. Ici l'auteure partagera aussi sa vie de jeune fille et jeune adulte, avec ses expériences, parfois extrêmes, ses espoirs et déconvenues, ses rencontres, la souffrance liée à son exil et la culpabilité de mener une vie qui décevrait ses parents. Un personnage attachant au caractère bien trempé, à tous les âges ! Enfin, j'ai aussi beaucoup aimé le duo formé par ses parents, ultra touchants dans l'éducation moderne qu'ils veulent offrir à leur fille et leur choix altruiste de l'envoyer vivre en Europe pour lui donner une chance malgré la douleur de cette séparation.
On peut donc dire qu'on passe par toutes les émotions avec ce témoignage. A lire !!

 

 

 

20200323_134437

20200323_134536

20200323_134612

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:17 - B.D. - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2020

Greta Thunberg : sauvons la planète !

81ZtCD-c5XL

 

Greta Thunberg : sauvons la planète !

Elise Fontenaille

Oskar, 2020

53 p.

8.95 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

En quelques semaines, ces nattes et ce ciré jaune sont devenus célèbres dans le monde entier. Mais qui est vraiment Greta Thunberg, l'adolescente qui tient tête aux grands de ce monde et nous alerte avec véhémence sur l'urgence de faire face au réchauffement climatique ? Laminée par une très grave dépression à 11 ans, diagnostiquée autiste asperger, elle a trouvé dans sa fragilité une force extraordinaire.
Jusqu'où ira-t-elle ?

 

Mon avis

Cette petite biographie permet de partir à la rencontre de l'un des noms et des visages les plus connus de ces dernières années : Greta Thunberg. L'auteure nous raconte comment, à partir d'une simple grève de l'école devant le Parlement suédois, cette adolescente timide est devenue la porte-parole de toute une génération pour lutter contre le réchauffement climatique. Comment lui est venu ce besoin de protester ? Comment son message a-t-il été entendu et relayé partout dans le monde ? Quel fut le rôle de ses parents ? Pourquoi certains s'en prennent-ils violemment à elle, y compris parce qu'elle est autiste ? Ce rapide portrait répond aux principale questions qu'un jeune lecteur pourrait se poser sur elle et invitera à être complété par d'autres lectures si on souhaite les approfondir. On trouvera aussi, à la fin du livre, des extraits de ses discours, dont le célèbre "How dare you ?".

J'ai trouvé ce petit roman très bien fait. Greta Thunberg apparaît plus touchante que jamais et, si je connaissais déjà grosso modo son histoire pour avoir divers articles, j'ai appris à la connaître encore un peu mieux.

 

"- Je n'aime pas qu'on parle de moi. Mais si cela permet aux journaux de faire les gros titres sur le réchauffement climatique...

C'est vrai : jusque-là, on n'en parlait pas.

Ou alors en tout petit, dans la rubrique scientifique, que personne ne lit.

Et puis Greta est arrivée."

 

 

"C'est le monde à l'envers ! Je ne devrais pas être ici devant vous. Je devrais être en classe de l'autre côté de l'océan.

Et pourtant c'est à nous, les jeunes, que vous venez demander de l'espoir.

Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses." (G. Thunberg, ONU 09/2019)

 

 

Merci aux éditions Oskar

 

 

Dans la même collection, j'ai présenté :

HARRIET TUBMAN - La femme qui libéra 300 esclaves

 

 

Posté par _Lottie_ à 15:04 - Récits de vie - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2020

Black Friday

9791096935475-753x1024

 

Black Friday

Christophe Léon

Le Muscadier, 2020

112 p.

11.50 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Des robes et du maquillage à ne plus savoir qu’en faire. Une tablette nouvelle génération à un prix canon. Une nouvelle loi sur l’obsolescence qui plaira à tous les ados du monde. Un petit commerce pas très légal. Un père Noël égaré au cœur de l’Afrique. Un enfant bien nourri par sa mère et par sa nounou.

Black Friday, ce sont six nouvelles d’humour noir à consommer sans modération. Mais attention, ce Vendredi noir vous laissera un goût amer dans la bouche : quand règnent l’hyperconsommation et les promotions perpétuelles jusqu’à la nausée, c’est notre planète qui souffre d’indigestion.

 

Mon avis

Les 6 nouvelles de ce recueil dénoncent les travers de notre société de consommation avec un humour noir, plus ou moins prononcé, qui fera réfléchir le lecteur. Si les histoires abordent des thèmes différents, on retrouvera comme fil conducteur une multitude de références à des marques, détournées via des jeux de mots.

Les deux dernières m'ont particulièrement interpellée (RDC, où le Père Noël se retrouve par erreur en Afrique et va être confronté à la triste réalité de la fabrication des téléphones qu'il distribue, et La naissance de Laurent, un enfant gavé de marques comme de denrées alimentaires), et mériteraient d'être étudiées en classe (la société de consommation est au programme de français en 3è).

 

 

"Le cobalt sert à nourrir le ventre de la bête high-tech, à la gaver, mais il n'avait aucune conscience des conséquences. Comment, lui, dans ses nuages, aurait-il pu savoir ? Pourquoi le lui a-t-on caché ?"

 

 

"Son estomac ne lui laisse plus un instant de tranquillité, réclamant toujours davantage, à croire qu'une faim éternelle s'est emparée de lui."

 

 

 

Merci aux éditions Le Muscadier

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:14 - Contemporains - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2020

Kokekokko ! 16 vues du Japon

61sP4XE40GL

 

Kokekokko ! 16 vues du Japon

collectif

Issekinicho

320 p.

21.50 €

 

Ma note : 19/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

 

16 auteurs français,
16 expériences du Japon !

 

Qu’ils soient expatriés de longue date ou partis quelques semaines à la découverte du pays du soleil levant, ils vous entraineront au fil de ces 320 pages de bandes dessinées où se mêlent récits de voyages, rencontres insolites et vie quotidienne (bien loin d’être zen et de tout repos !).

 

Mon avis

Kokekokko nous propose 16 témoignages de 16 dessinateurs partis au moins une fois au Japon. Ils nous racontent leur séjour, les découvertes, les clichés et les surprises (bonnes ou mauvaises), le choc culturel, les lieux incontournables... le tout avec l'humour ou le style qui leur est propre.
J'ai adoré lire tous ces récits de voyage et j'en aurais voulu encore plus ! Je connaissais déjà plusieurs des auteurs (dont Cyrielle et Yatuu), mais pas tous, ce qui m'a permis de découvrir, en plus de ce qu'ils m'ont appris sur le Japon, leurs coup de crayon et univers.

Une super lecture pour qui préparerait un voyage au Japon ou voudrait simplement en savoir plus sur ce pays d'une manière originale.

 

 

20200229_130448

20200229_130823

20200229_130926

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 13:20 - B.D. - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2020

Les quatre filles du docteur March

march

 

Les quatre filles du docteur March

Louisa May Alcott, Nev
NobiNobi, 2015
304 p.
10.90 €
Ma note : 15/20
Résumé éditeur
En Amérique, sous la guerre de Sécession, le docteur March est appelé au front, laissant seules sa femme et ses quatre filles. Meg, l'aînée, est sage et un peu frivole. Jo, la cadette, est un vrai garçon manqué. La timide Beth est la générosité incarnée tandis qu'Amy, la plus jeune, est une incorrigible égoïste. Mais leur quotidien va changer le jour où elles rencontrent leur voisin Laurie, avec qui elles vont vivre de nombreuses péripéties. Malgré l'absence de leur père, les quatre soeurs réussiront-elles à devenir meilleures ? Et leurs rêves finiront-ils par se réaliser ?
Mon avis
Ah les Quatre filles du docteur March (Little Women en V.O.)... qu'est-ce que j'ai pu regarder ce film avec ma soeur quand nous étions enfants ! Je connais donc par coeur l'histoire, qui ne sera celle de cette adaptation manga que jusqu'à un certain point.
N'ayant pas lu le roman, impossible de savoir qui du film ou du manga lui est le plus fidèle puisque le dernier quart n'est pas du tout le même et que cela en change carrément la fin, ce qui m'a beaucoup déstabilisée ! Je n'évoquerai pas ce qui a été modifié pour ne pas risquer de vous spoiler le roman ou les films mais je dirai juste qu'ici l'histoire est moins triste et propose une fin ouverte qui nous laisse sur notre fin en ne nous montrant pas ce que deviennent les filles une fois adultes. La relation entre Jo et Laurie est aussi moins ambigue alors que c'est un des axes forts de l'histoire ! Cette adaptation, malgré sa densité niveau nombre de pages, a donc beaucoup moins de profondeur, ce que je trouve bien dommage. 

Posté par _Lottie_ à 09:40 - Manga - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 mars 2020

Et ta vie m'appartiendra

9782092591451

 

Et ta vie m'appartiendra

Gaël Aymon

Nathan, 2020

352 p.

15.95 €

 

Ma note : 12/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

À la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs…
Sans y croire, la jeune fille demande à devenir riche, ainsi que la dévotion absolue d’Halima, sa seule amie. Et ses souhaits se réalisent…
Pourtant, cette existence de rêve se transforme vite en cauchemar. Car un ennemi rôde, prêt à s’emparer de son talisman par tous les moyens. Et à chaque vœu formulé, la peau aspire peu à peu la vie d’Irina, la tuant à petit feu…

 

 

Mon avis

Comme le laisse entendre le résumé, ce nouveau roman de Gaël Aymon est une réécriture de La peau de chagrin de Balzac, que vous aurez forcément envie de (re)lire après avoir fermé celui-ci.

Si j'ai aimé découvrir cette histoire dans une autre version et été sensible à la qualité d'écriture de l'auteur, j'ai malheureusement décroché assez vite. Passée la première partie, qui met en place l'amitié mêlée de jalousie entre les deux héroïnes, la situation familiale bancale d'Irina et cette étrange peau dont elle va hériter, j'ai trouvé la suite assez ennuyeuse car complexe et n'ai pas réussi à rentrer dans la proposition que nous fait l'auteur (comme ça avait le cas pour La planète des 7 dormants)

Une petite déception donc puisque le sujet de ce conte moderne était prometteur, que ce soit pour la personnalité complexe de l'héroïne, ses désirs qu'elle doit apprendre à maîtriser, le mystère qui entoure sa défunte grand-mère ou encore la personnification de la Peau qui devient personnage à part entière du roman.

 

 

Et ta vie m'appartiendra sortira le 19 mars.

 

 

 

"Parce qu'une vie sans désir est une vie asphyxiée."

 

"- Un amour, une guérison, une joie, une vérité, un savoir... toutes ces choses qui n'ont, effectivement, pas de prix. Les obtenir grâce à la Peau, c'est mettre un pied dans la tombe."

 

 

 

Merci aux éditions Nathan

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 14:03 - Fantastique - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2020

Bilan février

 

 

fev

 

 

J'ai une fois de plus bien profité des vacances pour faire le plein de lectures à la médiathèque, avec beaucoup de livres sur le Japon (pour changer), plusieurs coups de coeur et un abandon. Comme je suis hyper en retard dans mes chroniques, je vous propose un bref descriptif de ces lectures.

 

Coups de coeur

On commence avec Tant pis pour l'amour, une BD que je n'arrêtais pas de voir passer sur les réseaux et qui m'a beaucoup intéréssée puisque l'auteure raconte sa rencontre et relation avec un pervers narcissique et qu'elle en explique ensuite le mode de fonctionnement.

Tant pis pour l'amour. Ou comment j'ai survécu à un manipulateur par Lambda

J'ai a-do-ré Kokekokko, qui regroupe 16 témoignages de dessinateurs partis au Japon, qui nous vont nous raconter comment s'est passé leur séjour en revenant sur les clichés qu'on peut avoir sur ce pays et en nous présentant ce qui les a marqués. Entre BD et carnet de voyage, un livre de plus qui me fait rêver d'y aller.

Couverture Kokekokko : 16 vues du Japon

Toujours sur le Japon, je suis tombée sur le manga biographique Hokusai. Un pavé que j'ai dévoré et qui m'a donné envie de lire d'autres ouvrages sur ce peintre et ses oeuvres.

Enfin, restons au Japon avec la série Isabella Bird dont j'ai pu trouver les tomes qui me manquaient (pas difficile puisque je n'avais lu que le 1). J'ai moins aimé le tome 5 que les autres car il est uniquement centré sur le passé d'Isabella, mais ce sont là aussi des livres que j'ai dévorés. On découvre le Japon rural de la fin du 19è, avec ses traditions et la triste réalité de sa pauvreté et de son manque d'hygiène.

 

     

 

 

 

Les bonnes surprises

La BD Charlotte impératrice me tentait depuis un moment, pour sa belle couverture et parce que j'adore tout simplement les biographies. J'ai d'abord été très surprise en l'ouvrant par le style rétro du dessin ! J'ai bien aimé ce premier tome qui présente Charlotte de Belgique, sa rencontre avec Maximilien Ier et son arrivée au Mexique.

Charlotte impératrice, tome 1 : La princesse et l'archiduc par Nury

J'ai aussi passé un bon moment avec l'adaptation manga des Quatre filles du docteur March, une histoire que je connais par coeur pour avoir vu et revu la version cinéma de 1994 quand j'étais petite. Je suis donc surprise que la fin ne soit pas du tout la même !

Les quatre filles du docteur March (manga) par Nev

Autre manga qui mérite le détour, Instants d'après, dans lequel des futurs proches très plausibles sont imaginés dans plusieurs nouvelles, avec le thème des nouvelles technologies comme fil conducteur.

Instants d'après par Imai

 

 

Les autres lectures, petites déceptions et abandons

 

Avant les vacances, j'avais lu Je te plumerai la tête, reçu en service de presse. Un roman audacieux sur un pervers narcissique (oui, encore un) qui n'est pas le copain de l'héroïne mais... son père. Dommage qu'il ait quelques longueurs car c'est un thème très peu représenté en littérature jeunesse !

Je te plumerai la tête par Mazard

J'attendais sans doute un peu trop d'On n'a rien vu venir, un roman à 7 voix qui imagine comment une dictature peut se mettre en place sans qu'on s'en rende compte. Un roman court que fera réfléchir les jeunes lecteurs et invite à la discussion.

Couverture On a rien vu venir

 

Mermaid Prince m'a déroutée, par son format "recueil de nouvelles" alors que je m'attendais à une seule histoire, et surtout par la première d'entre elles, assez, hmmm, osée ?

Mermaid prince par Ozaki

Et on termine par l'abandon, qui sera pour L'homme Gribouillé, BD  à laquelle je n'ai pas, mais absolument pas, accroché ! Et ça m'énerve car j'en ai lu de très bons avis.

 

  L'homme gribouillé par Lehman   

        

      

 

 

Côté films et séries, j'avoue que je n'ai pas tenu le compte ce mois-ci mais je n'ai pas souvenir d'avoir regardé grand chose, mis à part la série The Witcher dont je voulais voir au moins les premiers épisodes. Bon et bien bilan mitigé : y'a du bon comme du moins bon. L'univers et les personnages sont sympas, les musiques sont top, mais alors qu'est-ce que c'est con-con !! Je n'ai pas lu les livres : c'est volontaire et dans l'esprit des romans ? Ou c'est juste mal réalisé ?

 

Résultat de recherche d'images pour "the witcher affiche"

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 19:01 - Planète livres - Commentaires [7] - Permalien [#]

28 février 2020

Hokusai

couv41014255

coeurs-amour-icone-9074-128

Hokusai

Shotaro Ishinomori

Kana, 2014

588 p.

15 €

 

Ma note : 19/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Quand Tetzuko prend le nom de HOKUSAI il a déjà plus de 40 ans. L'auteur de La grande vague de Kanagawa doit tout recommencer pour s'imposer en tant que dessinateur. A travers ses voyages et ses rencontres, entrez dans la vie trépidante de l'homme qui a émerveillé l'Occident : HOKUSAI !

 

Mon avis

Je suis ravie d'avoir déniché ce manga dans ma médiathèque ! Je connaissais évidemment Hokusai pour sa magnifique estampe de La Vague mais j'ignorais tout de sa vie et de ses inombrables autres oeuvres.

 

Résultat de recherche d'images pour "la vague hokusai"

 

Shotaro Ishinomori a pris le parti de se concentrer sur l'homme qu'il était et de revenir par flashbacks sur les événements marquants de sa vie, tout en incluant de temps en temps des reproductions de ses oeuvres et en insistant sur son obsession de se renouveler sans cesse. Une évolution artistique qui passera par un changement de nom pour repartir à zéro et se libérer de sa renommée.

On découvre alors un artiste au caractère bien trempé, pour qui dessiner est vital depuis son enfance, mais aussi un grand amateur de femmes qui se plaisait à les représenter, y compris sur des estampes érotiques. Attention donc, ce manga est à réserver à un public averti ;) Cette lecture, de près de 600 pages, offre également un vrai voyage à travers le Japon de l'ère Edo grâce à des dessins soignés et détaillés.

J'ai maintenant très envie d'entamer d'autres lectures sur Hokusai et sa fille, peintre également, et je pense me racheter ce manga-ci qui est vraiment une belle découverte.

 

 

Annotation 2020-02-28 102648

Annotation 2020-02-28 1026482

Annotation 2020-02-28 10264823

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:47 - Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2020

Mermaid prince

couv41014255

 

Mermaid prince

Kaori Ozaki

Delcourt, 2019

224 p.

7.99 €

 

Ma note : 14/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Mugi a déménagé à Okinawa, tout au sud du Japon. Il connaît quelques difficultés à s'intégrer dans son nouvel environnement, ce qui donne du souci à Matori. Car, depuis que Mugi a été gentil avec elle au moment où elle en avait le plus besoin, celle-ci le considère comme son prince charmant. Suite à quelques frictions avec son beau-frère, Mugi se retrouve chez la jeune fille, où il découvre l'histoire de la sirène qui exauce tous les désirs…

 

Mon avis

J'ai été assez surprise par ce manga, que je ne pensais pas être un recueil de plusieurs histoires (celle qui correspond au titre et à l'image sur la couverture sera la dernière que nous lirons), et j'ai été encore plus surprise par le contenu même des celles-ci.

Kaori Ozaki évoque, avec une justesse parfois assez crue et déroutante pour un manga pour ado (je pense ici à la première histoire dans laquelle l'héroïne, un peu paumée face à son avenir, souhaite s'émanciper et connaît ses premières expériences et déconvenues avec les hommes), l'adolescence et le passage à l'âge adulte. En y repensant, c'était déjà le cas dans son autre manga, que j'ai lu cet été et que j'ai préféré à celui-ci : Our summer holiday.

L'histoire principale, qui donne son titre au recueil, m'a bien plu, avec sa légende autour d'une sirène qui exaucerait les voeux...

 

Posté par _Lottie_ à 12:01 - Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2020

Instants d'après

couv29127966

 

Instants d'après

Daisuke Imai

Komikku, 2019

8.50 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

La technologie rend-elle heureux ? Mesurez et utilisez votre chance grâce à des points, trouvez votre futur partenaire avec un test ADN, confiez vos enfants à une vidéosurveillance dernier cri, ne vous inquiétez plus pour les personnes âgées qui prennent désormais soin d'elles-mêmes et côtoyez la fille de vos rêves avec l'application de réalité virtuelle ultime ! Daisuke Imai (les séries Destins Parallèles Elle & Lui, Sangsues) propose dans ce recueil d'histoires courtes une profonde réflexion sur l'impact de la technologie dans nos vies à travers des applications pas si imaginaires que ça...
Entrouvrez les portes d'un futur fascinant et plus proche qu'on ne le pense !

 

Mon avis

Ce recueil comporte 7 nouvelles pour interroger notre rapport aux nouvelles technologies, dans ce qu'elles peuvent avoir de bon comme de moins bon. Ce qui est intéressant dans ce manga, c'est que ces histoires se déroulent dans un futur très proche et sont tout à fait plausibles. Certaines mettent en scène des réseaux sociaux que l'on reconnaîtra bien, d'autres imaginent des variantes ou d'autres applications qui pourraient très bien sortir demain. Quasiment toutes montrent du doigt la solitude de nos vies modernes ou la recherche de la perfection que peuvent nous offrir les nouvelles technologies. Le format court propre aux nouvelles permet ainsi d'ouvrir la réflexion, tout en nous laissant sur une chute bien pensée ! 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 14:53 - Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2020

Je te plumerai la tête

9782748526783

 

Je te plumerai la tête

Claire Mazard

Syros, 2020

512 p.

17.95 €

 

Ma note : 15/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Depuis l'enfance, Lilou voue une admiration sans bornes à son père. Elle ne lui trouve aucun défaut. Depuis que la mère de Lilou est hospitalisée, le duo père/fille est plus soudé que jamais. A la demande de son père, Lilou rentre aussitôt après le lycée chaque soir. C'est lui aussi qui lui a conseillé, pour son bien, de cesser de se rendre à l'hôpital : à quoi bon consacrer trop de temps à cette mère fragile ? Avec tact, les amis de Lilou, qui s'inquiètent pour elle, vont l'aider à appréhender qui est réellement ce père envoûtant, sûr de lui et omniprésent.

 

Mon avis

De Claire Mazard, je garde un très bon souvenir de son roman policier Le mort du noyer. J'avais donc hâte de découvrir son nouveau titre, surtout vu le thème choisi, qui me parle personnellement : les pervers narcissiques.

Ces dernières années, les médias ont beaucoup parlé de cette forme de perversion, plutôt présentée au sein d'un couple. C'était donc très étonnant de trouver ici un pervers qui soit le père et non le petit ami de l'héroïne ! Un choix intéressant de la part de l'auteure.

Lilou se rend compte que quelquechose cloche suite à l'hospitalisation de sa mère, dont elle va se rapprocher malgré la surveillance de son père. A demis-mots, celle-ci laisse entendre qu'elle doit chercher la vérité à son sujet et que sa tante pourra l'aider. Des mises en gardes mystérieuses auxquelles Lilou ne veut pas croire dans un premier temps mais qui vont faire leur chemin dans sa tête. Il faudra bien accepter de voir la vérité en face : son père la manipule et lui ment.

Si le raprochement de Lilou et de sa mère est nécessaire pour la mise en place de l'histoire, j'ai trouvé qu'il prenait beaucoup de temps et trop de place, générant des longueurs dans les premières parties du roman. Bien qu'il soit le sujet principal du livre, le personnage du père est surtout présent dans les réfléxions de Lilou, ce qui le rend encore plus difficile à cerner mais peut-être aussi moins terrifiant. Un entre-deux qui m'a laissée sur ma fin concernant ce personnage dont j'attendais beaucoup ! L'accent est cependant bien mis sur le dilemne auquel va être confronté Lilou : a-t-elle le droit de se méfier de son propre père ?

Malgré quelques longueurs, Je te plumerai la tête est donc un bon thriller psychologique qui permet de traiter un sujet peu (pas ?) représenté en littérature jeunesse.

 

 

"Mon petit Papa Lou. Parfois, je me dis que je deviens folle. Comment ai-je pu en arriver là ? En arriver ainsi à douter de mon propre père ? Après tout ce qu'il a fait pour moi.

Suis-je une fille indigne ?"

 

 

 "Très spéciale, la tante Jo ! Elle s'est embrouillée avec ta mère. Elle a failli nous séparer, ta mère et moi. Elle a mis à dos ta mère et ses parents. C'est à cause d'elle que tu ne connais pas tes grands-parents ! Parce qu'elle colporte des mensonges. Mais motus ! Faut pas en parler. Secrets de famille."

 

 

 

Merci aux éditions Syros

 

280px-EditionsSyros

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:53 - Thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2020

Les amants papillons

9791023504361-475x500-1

 

Les amants papillon

Benjamin Lacombe

Seuil jeunesse, 2015

40 p.

5.90 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Le jour de ses quatorze ans, Naoko, une jeune Japonaise, apprend qu'elle doit quitter son petit village natal pour l'immense ville de Kyoto. Son père a prévu qu'elle y complète son éducation pour devenir une "jeune fille convenable". Mais l'art de servir le thé, de jouer du luth ou de faire danser les éventails n'intéresse pas Naoko. Naoko aime lire et écrire des poèmes. Avec l'aide de sa servante dévouée Suzuki, elle se déguise en homme et parvient à entrer à l'université.
Elle y fait la connaissance de Kamo, un jeune étudiant. Tous deux s'entendent à merveille et se vouent, très vite, une amitié non dénuée d'ambiguïté...

 

Mon avis

J'aime beaucoup les illustrations et l'univers de Benjamin Lacombe en général et ce petit album ne fait pas exception avec son histoire d'amour tragique mais très poétique. Comme en plus elle se passe au Japon, elle ne pouvait que me plaire !

L'histoire se lit très vite et se prêterait parfaitement à une lecture offerte ou une sieste contée.

 

 

 

https://products-images.di-static.com/image/benjamin-lacombe-les-amants-papillons/9791023504361_1-475x500-1.jpg

 

https://products-images.di-static.com/image/benjamin-lacombe-les-amants-papillons/9791023504361_3-475x500-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:31 - Albums - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 février 2020

Les dames de Kimoto

G02035

 

Les dames de Kimoto

Sawako Ariyoshi

Folio, 2018

320 p.

7.50 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

«Le mont Kudo était encore voilé par les brumes matinales de ce début de printemps. La main serrée dans celle de sa grand-mère, Hana franchissait les dernières marches de pierre menant au temple Jison. L’étreinte de la main autour de la sienne lui rappelait que, maintenant qu’elle allait être admise comme bru dans une nouvelle famille, elle cesserait d’appartenir à celle où elle avait vécu les vingt années de son existence.»

À travers le récit des amours, des passions et des drames vécus par trois femmes de générations différentes, Les dames de Kimoto dresse un tableau subtil et saisissant de la condition féminine au Japon depuis la fin du XIXe siècle.

 

Mon avis

Je poursuis ma découverte de la littérature japonaise avec cette auteure, considérée comme la Simone de Beauvoir japonaise. Dans ce roman, nous suivrons plusieurs générations de femmes d'une même famille et, à travers elles, la confrontation entre des époques et des mentalités bien différentes ! 

On découvre d'abord le personnage central, Hana, le jour de son mariage. C'est aussi le moment de la mise en place des personnages secondaires et du contexte historique qui nous plonge dans un Japon attaché aux coutumes et aux traditions. Très proche de sa grand-mère qui les lui avait transmises, Hana compte poursuivre ce lien à son tour avec sa propre fille, Fumio. Mais celle-ci, rebelle et féministe avant-gardiste, va complètement rejeter ce qu'elle considère comme de simples superstitions, incarnant le monde moderne qui est en train de voir le jour. On suivra enfin, dans la dernière partie, la petite-fille d'Hana, dans un Japon transformé par la Seconde Guerre Mondiale.

J'ai beaucoup aimé cette réflexion sur le conflit inter-générationnel entre les personnages du roman, en particulier l'incompréhension entre Hana et sa fille. Le rejet par Fumio, étudiante dans un grande ville pendant les années 20, de tout ce qui constitue le monde de sa mère et de ses ancêtres est très violent pour celle-ci mais on comprend aussi son envie d'émancipation. Deux mondes s'opposent, y compris en ce qui concerne la conception de la place des femmes, dans la famille comme dans la société.

Ce roman ne sera cependant pas un coup de coeur car je lui ai trouvé beaucoup de longueurs due à cette forme de narration, lente et contemplative, si particulière aux romans japonais, tout comme ses personnages, froids et assez antipathiques. Les ellipses temporelles sont aussi assez déroutantes, nous faisant passer de longs passages centrés sur un moment précis de l'histoire à des sauts de plusieurs jours ou mois en une seule ligne, ce qui donne un drôle de rythme au roman.

 

 

"Sans doute la maison qui avait abrité la famille conforme aux concepts patriarcaux était-elle secouée par la tempête des temps nouveaux, mais il n'était pas permis à Hana de la quitter. Elle resterait tranquillement installée dans la grande pièce jusqu'à ce que les grosses poutres s'effondrent sur elle et que la demeure soit réduite en cendres."

 

 "- Mais en quoi ma mère est-elle si courageuse ? Elle ne s'impose jamais, elle est toujours à la disposition de mon père. Quand je l'ai quittée, elle était dans la maison, en train d'enduire de noir les dents de grand mère. L'idée qu'elle accepte des choses pareilles sans protester me donne des frissons dans le dos. A l'entendre, l'éducation qu'il me faut, c'est uniquement le thé, les fleurs et le koto ! Elle ne semble pas comprendre que nous vivons dans une nouvelle époque !"

 

"Le soleil éblouissant faisait monter un chaud parfum de la masse des gerbes. Hana se souvint que, dans l'art des parfums, on parlait "d'entendre" un parfum, plutôt que de le sentir. Ici, elle "entendait " l'automne."

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 14:52 - Historique - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 février 2020

Bilan janvier

 

 

janv

 

 

J'ai passé tout le mois de Janvier sur le même roman, Les dames de Kimoto. Ce n'est pas un coup de coeur car il y a beaucoup de longueurs mais j'ai beaucoup aimé ce portrait familial sur trois générations qui permet de confronter Japon traditionnel / moderne. Les autres lectures, des BD ou mangas, ont été empruntées au travail :

 

 

 

Couverture Les amants papillons  Mary et la fleur de la sorcière par Sakaguchi    Jérémy est maltraité par Saint-Mars Emilie n'aime pas quand sa mère boit trop par Saint-Mars

 

Game of Crowns, tome 1 : Winter is cold par Baba   Les Secrets de Brune, tome 1 : L'amie parfaite par Vieira   Les dames de Kimoto par Ariyoshi

 

 

 

  

 

1 sortie cinéma pour voir le super biopic Le Mans 66, 1 découverte vue à la télé avec un acteur que j'aime beaucoup et 3 films vus avec mes élèves. 

Côté séries, nous avons terminé la mini-série Tchernobyl, qu'il faut absolument voir ! et avançons dans la saison 9 de The Walking Dead.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "le mans 66"   Résultat de recherche d'images pour "la loi du marché""  Résultat de recherche d'images pour "affiche psychose"  Résultat de recherche d'images pour "affiche temps modernes"  Résultat de recherche d'images pour "dvd les évadés""

 

Résultat de recherche d'images pour "tchernobyl serie"  Résultat de recherche d'images pour "the walking dead saison 9 dvd"

 

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 17:02 - Planète livres - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2020

Les secrets de Brune. 1

les-secrets-de-brune-600x

 

Les secrets de Brune. 1, L'amie parfaite

Bruna Vieira, Lu Cafaggi

Sarbacane, 2017

88 p.

15.50 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

C’est bientôt la rentrée et Brune change de collège… Son angoisse grandit à mesure que le jour fatidique approche. À quoi ressemblera sa nouvelle vie ? Son histoire commence… Brune est une adolescente timide et secrète, qui s’interroge sur sa vie, sur le monde qui l’entoure. Ses copains de classes, ses professeurs, sont autant d’énigmes qu’elle peine à résoudre. Comment trouver la clé ? …

 

Mon avis

Entre BD et album, ce livre est vraiment original et change des autres lectures sur le thème de l'adolescence. L'auteure nous raconte son expérience, celle d'une jeune fille timide qui a du mal à se faire des amis dans son nouveau collège et à qui sa meilleure amie manque beaucoup, à travers des bribes de souvenirs, des sensations et des pensées. J'ai trouvé cette forme de narration, très lente et morcelée, très poétique surtout, à l'image des illustrations choisies. On ne trouve pas d'histoire à proprement parlé, ce qui peut dérouter au début, mais plutôt une succession de moments que Brune a vécus, avec la découverte de l'écriture comme échappatoire à son mal-être. Une passion qu'elle intègre dans ce livre pour interagir avec le lecteur, comme si son journal intime devenait aussi le notre dans une mise en abyme. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont le dessin retranscrit les émotions de Brune, en particulier la planche où on la voit entrer dans sa nouvelle classe, d'abord minuscule car impressionnée, puis géante sous le regards des autres.

Une belle découverte ! J'acheterai le tome 2.

 

Les secrets de Brune

©Sarbacane

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 15:15 - B.D. - Commentaires [1] - Permalien [#]