Calypso

Des conseils de lecture, bricolages et animations en littérature petite enfance, jeunesse et young adult.

28 mars 2017

Marion, 13 ans pour toujours

9782253185765-001-t

 

Marion, 13 ans pour toujours

Nora Fraisse

Le Livre de Poche, 2015

186 p.

6.30 €

 

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

Résumé éditeur

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.
Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.
J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.
J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.
J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.
J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

 

Mon avis

Après l'avoir lu à sa sortie, ma belle-soeur m'avait donné ce livre, mais je n'avais jamais eu le coeur de l'ouvrir, je repoussais le moment où je me lancerai dans ce que je savais être une lecture éprouvante. Mais, comme vous le savez, je travaille depuis 2 mois sur le harcèlement avec mes élèves de 4è et il allait donc de soi que je devais sortir ce témoignage de ma PAL.

Nora Fraisse a écrit ce livre comme une lettre ouverte à sa fille. Elle raconte cette journée terrible où elle la trouva pendue dans sa chambre, la culpabilité de n'avoir rien vu en tant que parent, l'enquête menée pour découvrir la vérité, le silence des institutions et la réaction des médias, le tout, en s'adressant directement à Marion et en laissant explicitement transparaître sa colère et son incompréhension.

Ce texte est donc très fort, il prend aux tripes en nous faisant passer par toutes les émotions que l'on partage avec l'auteur.

Ce qui m'a beaucoup choquée, c'est la réaction du collège de Marion, qui, en plus de n'avoir pas agi quand il était encore temps, n'a pas soutenu sa famille et écarté le problème pour ne pas en avoir ! L'auteur remet beaucoup en cause les professeurs, qui ne savaient pas gérer la classe de Marion, et surtout le directeur du collège qui a donné l'ordre de ne pas témoigner de soutien, sous aucune sorte, et a voulu tout de suite étouffer l'affaire.

Je me suis donc demandé si j'avais bien fait d'acheter ce livre pour le collège sans l'avoir lu auparavant car une grande partie du texte porte sur ce point et sur ce que les profs "devraient" faire (c'est toujours un peu facile de nous taper dessus quand on est extérieur à l'éducation nationale...). Je suis encore assez partagée mais je pense qu'il n'y a rien de plus fort que ce type de témoignage pour créer un électrochoc et que ce genre de tragédie n'arrive plus. Si vous choisissez de l'acheter pour un lectorat d'ados (à partir de 14-15 ans), un accompagnement sera donc nécessaire : expliquons qu'il s'agit là d'une véritable histoire, que certains passages sont très durs et que ce qu'il s'est produit dans ce collège (je parle ici du comportement inacceptable de l'équipe éducative) est un cas précis mais pas une généralité.

 

 

"La plupart des adultes ramènent ces affaires de harcèlement à des gamineries. C'est irresponsable. Dans ces cas tragiques, il ne s'agit pas de bagarres ordinaires de cour de récrée. Souvent, il y a un effet de meute. Personne n'entend, on tourne la tête. Les enfants harcelés par leurs pairs se retrouvent réduits au silence, étouffés. Le mot d'ordre véhiculé par ces petites bandes est simple : "Si tu parles, t'es une balance !" On se croirait dans la mafia. Les victimes se taisent. Si elles osent parler, elles se retrouvent isolées. La meute se déchaîne, avec un sentiment de totale impunité. Chacun se sent protégé par le groupe, solidaire dans la cruauté. Ensemble, ils sont forts. Ils pourchassent leur proie dans les recoins du collège, jusque dans son intimité, jusqu'à sa chambre, jusqu'à son lit, via les réseaux sociaux. Cela ne s'arrête jamais, jamais, jamais."

 

 

"Quand je plaide pour une « tolérance zéro », je veux dire qu’une seule insulte doit être relevée par un rapport. La deuxième doit valoir un passage en conseil de discipline, la troisième une exclusion de l’établissement. Moi, quand je vais au boulot, si je traite une collègue de « connasse » ou de « pute » en pleine réunion, la direction des ressources humaine me convoque et on me donne mes cartons. L’incroyable est que l’on protège mieux les adultes que les enfants. Le harcèlement moral entre collègues ou même entre époux est puni par la loi. Mais jusqu’à tout récemment, rien n’était prévu pour les élèves. Alors qu’un enfant est plus fragile qu’un adulte, on le privait de recours."

 

"Voilà, tu avais pris ton envol, tu avais de bonnes notes, tu étais avec ton petit ami. La jalousie éprouvée par certaines a enflé. Cette fois, il ne s’agissait plus des élèves qui ont fini par être chassés du collège. Il ne s’agissait plus de ces gens que tu n’appréciais pas spécialement.
Non, cette fois, ce sont tes préférés, les copines et copains appartenant à ton petit cercle, qui se sont attaqués à toi. Je pense que c’est cela qui t’a fait basculer. A travers les messages que j’ai pu lire sur Facebook, ça va dans tous les sens, mais on devine l’ambiance pourrie, ton sentiment d’insécurité, l’anxiété qui t’étreint peu à peu."

 

"Internet, c'est comme la voiture. Certain, si tu leur mets un volant entre les mains, deviennent fous et s'en servent comme d'une arme."

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:28 - Drames - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 mars 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? 166

 

113526176

Ce rendez-vous a été initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. C'est désormais Galleane qui récapitule les liens sur son blog.

blanc

 

j'ai lu

 

 

blanc

J'ai terminé Marion, 13 ans pour toujours, une lecture difficile qui me marquera et dont je vous parle très vite.

Je n'ai pas lu bien plus malgré mon arrêt car j'ai passé chaque jour de la semaine à faire les aller-retours à l'hôpital au chevet de mon conjoint.

 

Couverture Marion, 13 ans pour toujours

 

blanc

 

 

 

 

Couverture Celle qui voulait conduire le tram

 

1916 : les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place. Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

109970576

 

 

 

Pour me changer les idées, j'ai commandé en fin de semaine quelques livres que je devrais recevoir aujourd'hui ou demain, dont Maybe Someday, que je vois encensé sur la toile :)

 

Couverture Maybe Someday   Le Couvent des damnées - Tome 1

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 09:45 - C'est lundi, que lisez-vous ? - Commentaires [14] - Permalien [#]

24 mars 2017

Stop au harcèlement !

9782702158722-001-T

 

indisp

Stop au harcèlement !

Nora Fraisse

Calmann-Lévy, 2015

96 p.

4.50 €

 

 

Ma note : 20/20

 

 

 

Résumé éditeur

NOUS POUVONS TOUS AGIR CONTRE LE HARCÈLEMENT SCOLAIRE.

Le harcèlement scolaire, c'est quoi ? Pourquoi c'est grave ? Comment ça commence ? Qui est victime ? Qui est harceleur ? Les témoins sont-ils complices ? comment détecter un cas de harcèlement ? Comment aider une victime ? Comment contrer le cyber-harcèlement ? Comment éduquer au téléphone portable et réseaux sociaux ? Comment prévenir le harcèlement ? Qui contacter ? Quels sont les recours juridiques?

EN FRANCE, UN ENFANT SUR DIS SERAIT VICTIME DE HARCÈLEMENT À L 'ÉCOLE ET UN SUR CINQ DE CYBER-HARCÈLEMENT;

Il est plus que temps d'ouvrir les yeux sur ces pratiques et de s'y attaquer. Enfants, ados, parents, enseignants, victimes, auteurs, témoins, nous pouvons dire STOP !

 

 

Mon avis

Le nom de Nora Fraisse vous évoque sans doute quelquechose : c'est l'auteur d'un témoignage bouleversant, Marion, 13 ans pour toujours (que je suis en train de lire). Cette maman a perdu sa fille qui s'est suicidée à cause du harcèlement dont elle était victime au collège et sur les réseaux sociaux.

9782253185765-001-t

 

Pour que cette tragédie n'arrive plus, elle a monté une association (Marion La main tendue) et publié ce petit guide que je vous invite tous à acheter si vous êtes en contact avec des ados ! Les textes sont très simples et synthétiques (4 pages par chapitres) avec pour chaque partie, des explications pour comprendre / détecter / lutter contre le harcèlement, des témoignages (y compris de harceleurs) et un rappel en 3 points de ce qu'il faut retenir.

J'ai déjà présenté ici quelques documentaires sur le sujet mais pour moi, c'est celui-ci qui est le plus complet et le plus accessible et exploitable, et pour le prix qu'il coûte, je dirais même qu'il faudrait l'offrir à tous les élèves !

 

 

IMG_3958

IMG_3960

IMG_3961

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 13:18 - Documentaires - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 mars 2017

La reine d'Egypte. 1

image-1480091730

 

La reine d'Egypte. 1

Chie Inudo

Ki-oon, 2017

200 p.

7.90 €

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 

Résumé éditeur

C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde… Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

 

Mon avis

Quand j'ai vu sur les réseaux sociaux la campagne de communication autour de sa sortie, j'ai attendu ce manga avec impatience ! J'adore l'Egypte ancienne depuis le collège et la couverture et le résumé m'ont tout de suite fait saliver ;)

Les illustrations sont superbes, un vrai régal pour les yeux, que ce soit les costumes ou les décors, et l'histoire, qui revient sur la jeunesse de la reine Hatchepsout, est passionnante. On découvre ainsi, dès ce premier tome, la place et le rôle des femmes de lignée royale, l'accession au trône de Thoutmosis et comment l'intrépide future pharaon que sera Hatchepsout a voulu devenir l'égal des hommes dès son enfance

Je suis très contente de cet achat (je n'ai que très peu de mangas, j'emprunte tous ceux que je lis) et je poursuivrai cette série.

Attention cependant à ne pas mettre ce manga entre toutes les mains car il ya certaines scènes dénudées et de sexe.

 

 

 

 

 

 

© 2017 manga-news.com

© 2015 Chie Inudoh / KADOKAWA CORPORATION

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:46 - Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pas son genre

couv7603530

 

Pas son genre

Philippe Vilain

J'ai Lu, 2014

155 p.

6 €

 

 

Ma note : 19/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Il est professeur de philosophie, elle est coiffeuse. Contraint de quitter la capitale pour enseigner à Arras, le premier rencontre la seconde sans vraiment la remarquer. Langage, goûts, références tout les oppose, et pourtant, elle devient son amante. Le mépris et l'ennui se profilent à l'horizon, mais qui croit mener le jeu peut bien être joué. Une réflexion drôle et mélancolique qui décortique le choix amoureux, le racisme des sentiments et l'absurde de l'amour.

 

Mon avis

Je suis tombée par hasard sur l'adaptation cinéma de ce livre pendant les vacances et, malgré une réalisation qui manquait un peu de dynamisme (bien que portée par la pétillante Emilie Duquenne), j'ai eu envie de lire le roman car c'est le genre d'histoire et de réflexion que j'aime bien.

Le roman est raconté du point de vue de François, professeur de philosophie, bourgeois et parisien, muté à Arras. Il se lit comme une succession d'introspections (à tendances philosophiques) dans lesquelles François s'interroge sur ce qu'a été sa relation avec sa coiffeuse Jennifer, ses relations aux femmes de façon générale, sa peur de l'engagement, son travail d'enseignant et de philosophe...

Beaucoup d'avis que j'ai lus descendent ce livre à cause du personnage de François qui est antipathique au possible alors que Jennifer est un vrai petit soleil. Même si on sent qu'il a réellement eu des sentiments pour elle, ses propos énervent ainsi que son ton condescendant, parfois à la limite du méprisant. Mais c'est tellement juste et réaliste ! Toutes ses réflexions sur la peur d'aimer et le refus de l'engagement, qui sont en fait le centre du problème plus que la différence sociale, je l'ai déjà entendues chez plusieurs personnes que j'ai côtoyées et à qui François m'a fait penser durant toute cette lecture.

Pour moi, c'est donc une fable cruelle sur les relations amoureuses qui est très réussie. 

 

 

"Faisant des choix, on n'en fait pas d'autres, on renonce à des vies possibles, alors on a le sentiment de passer à côté de choses... et, disons que choisir laisse fatalement des regrets ! Mais comment savoir si la vie que nous n'avons pas choisie serait meilleure que la vie que nous nous sommes justement choisie? C'est impossible, non?"

 

"Bien souvent, je n’avais rien à lui dire. La philosophie nourrissait mon existence quand les magazines people dévoraient la sienne. Son avenir dépendait de l’horoscope, le mien de l’étude. Son manque d’instruction, ses lacunes intellectuelles, sa culture plaquée rendaient impossible pour moi de l’admirer, sans doute de l’aimer tout à fait, je veux dire, sans la mépriser."

 

"Je surfais sur les sentiments, seul, comme si l’action de conquérir, d’additionner les conquêtes, n’était jamais que la peur d’être moi-même un jour conquis.
Toutes les femmes se valaient. Je ne me décidais pour aucune, sûr de pouvoir les aimer toutes, c’est-à-dire incapable d’en aimer une seule, ignorant combien le plaisir qu’on cherche auprès des femmes est une fuite, une manière de s’oublier, de se désennuyer, un vide aussi, la multiplication vaine d’un désir qui se condamne à toujours manquer sa cible, une recherche éperdue d’infini, de cette éternité provisoire qui, dans l’infernal jeu des fins et des recommencements, des rencontres et des séparations, nous donne l’illusion d’une permanence."

 

 

PAS SON GENRE di Luca Belvaux

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:08 - Sentimental - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? 165

 

113526176

Ce rendez-vous a été initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. C'est désormais Galleane qui récapitule les liens sur son blog.

blanc

 

j'ai lu

 

 

J'ai terminé 1791, une princesse en fuite, qui nous raconte, du point de vue de Marie-Thérèse, fille de Marie-Antoinette, la fuite de sa famille avant d'être rattrapée par les révolutionnaires.

Puis j'ai lu Pas son genre, dont j'avais vu l'adaptation cinématographique récemment. J'ai beaucoup aimé cette fable cruelle, mais réaliste, sur les relations amoureuses.

Ensuite j'ai lu le guide Stop au harcèlement ! qui est très bien fait car simple et concis sur le sujet du harcèlement scolaire, et le premier tome du manga La reine d'Egypte, aux illustrations superbes !

blanc

   

 

blanc

 

 

 

Couverture Celle qui voulait conduire le tram

 

 

1916 : les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place. Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin.

 

 

 

 

 

 

 

blanc

109970576

 

 

 

Je traverse actuellement une épreuve très difficile, mais j'ai besoin de m'occuper, d'essayer de continuer à lire et à alimenter le blog pour me changer les idées, malgré l'épuisement physique et nerveux. Le blog va donc carburer ou tourner au ralenti pendant quelques jours, ne soyez pas surpris...

 

Couverture Marion, 13 ans pour toujours  Le Couvent des damnées - Tome 1  Couverture Grosse folie 

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

 

 

Posté par _Lottie_ à 08:56 - C'est lundi, que lisez-vous ? - Commentaires [7] - Permalien [#]

17 mars 2017

1791, Une princesse en fuite

couv33601386

 

 

1791, Une princesse en fuite

Gwenaële Barussaud

Scrineo, 2017

160 p.

10.90 €

 

 

Ma note : 19/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

20 juin 1791 : Marie-Thérèse, fille aînée de Louis XVI, roi de France, reçoit de sa mère Marie-Antoinette la consigne de quitter sa chambre le soir-même pour rejoindre son frère et sa gouvernante… C’est le début d’une fuite effrénée au cours de laquelle Marie-Thérèse et sa famille voyageront incognito vers la frontière. Tandis qu’ils oscillent entre mouvements de panique et flambées d’espoir, Marie-Thérèse se rappelle son enfance fastueuse à Versailles et ses premières terreurs de jeune fille de 11 ans en 1789.
Le voyage est long, rien ne s’y passe comme prévu, et l’on se prend à espérer comme l’héroïne un enchaînement moins tragique.

 

 

Mon avis

J'aime beaucoup les romans historiques, surtout quand, comme ici, ils mettent en lumière un épisode précis de l'Histoire. On connait tous le sort tragique de Marie-Antoinette et de Louis XVI après la Révolution, mais pas forcément ce qu'il s'est passé entre 1789 et leur exécution en 1793, ni ce qu'il est advenu de leurs enfants, Marie-Thérèse et le petit Dauphin Louis-Charles.

Gwenaëlle Barussaud nous raconte la fuite de la famille royale, à travers le regard de la jeune princesse, qui a connu les fastes de la cour et se retrouve, en plein été, sur les routes de province, où le danger d'être reconnus et arrêtés est partout. De la fuite des Tuileries où il leur faut se déguiser pour voyager incognito, à leur passage par Châlons-en-Champagne, puis la déconvenue à Varennes où ils seront arrêtés et ramenés à Paris, on suit sur 5 jours à peine leur tentative d'échapper au destin qui les attend. 

Les flashbacks qui sont intégrés au récit via les pensées de Marie-Thérèse nous rappellent les événements et lieux emblématiques liés à la famille royale (l'enfance heureuse à Versailles, la ménagerie, le petit Trianon, le choc de la Révolution et le départ pour les Tuileries) et mettent encore plus en relief l'incompréhension des enfants devant la haine du peuple pour leurs parents (Marie-Thérèse n'a que 12 ans et Louis-Charles 6 ans ).

blanc

Un roman court mais très bien mené et dont le style de l'auteur est très agréable. Il est complèté de quelques pages documentaires pour en savoir plus sur ce qu'il advint ensuite de Marie-Thérèse.

blanc

"Les souverains se bercent de cette illusion. Ils sont persuadés que, pour reconquérir le royaume, il suffit de quitter Paris, de gagner la province encore imperméable aux idées révolutionnaires. C'est oublier que les idées voyagent, comme les hommes. Cela, Marie-Thérèse s'en est rendue compte en écoutant les voyageurs attablés. Mais elle n'ose pas détruire les espoirs de ses parents, quand bien même ceux-ci sont dangereux. D'ailleurs, tout le monde est content, et on est bientôt sauvés. Pourquoi irait-elle assombrir la joyeuse atmosphère qui règne dans la berline ?" p.65

blanc

"La servante lui fait face, elles se regardent en silence. En se voyant si proches et pourtant si différentes, Marie-Thérèse s'interroge : quel mystérieux hasard décide de vous faire naître servante ou princesse ? Quelle puissance invisible préside aux destinées des hommes ? Parce qu'elle est née princesse, elle a connu le faste, l'opulence, la richesse quand d'autres souffraient de la faim et du froid. Parce qu'elle est née princesse, elle va peut-être mourir alors qu'elle n'a pas 13 ans..." p.116

blanc

 

 

 Marie-Antoinette et ses enfants, par Élisabeth Vigée-Lebrun, 1787

 

blanc 

 

 

Merci aux éditions Scrineo

Scrineo

 

 blanc

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:49 - Historique - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mars 2017

J'ai avalé un arc-en-ciel

9782092566077

J'ai avalé un arc-en-ciel

Erwan Ji

Nathan, 2017

396 p.

16.95 €

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Je m'appelle Capucine, mais on m'appelle Puce. J'ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l'accent, c'est quand je parle français. Je vis aux Etats-Unis depuis que j'ai trois ans. Cette année, il m'est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique... Vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité...c'est que j'ai avalé un arc-en-ciel.

 

 

Mon avis - attention spoilers

Ce roman est écrit comme un journal intime, plus précisément un blog, dans lequel Capucine se confie et nous raconte avec beaucoup d'humour ses journées au lycée, ses amis, son travail dans un fast-food et surtout, sa rencontre avec Aiden, son attirance pour elle et les questions qu'elle soulève.

Pour avoir déjà lu pas mal de romans qui se déroulent dans les lycées américains (ou vu des séries et films sur le sujet), je pensais ne plus rien apprendre sur la vie des élèves outre-Atlantique, or j'ai quand même découvert de nouveaux codes et rituels qui rythment leur scolarité. Je n'ai donc pas été lassée par ce qui représente une grande partie du roman.

Mais, le point fort de ce livre, on s'en doute avec le titre et la couverture qui font référence au drapeau gay, c'est la découverte et l'acceptation de l'homosexualité d'une jeune fille qui se pensait hétéro. Et c'est avec beaucoup de douceur, de pudeur et de poésie que l'auteur aborde ce sujet.

Le duo Capucine / Aiden est très touchant, les passages (pas si nombreux) dans lesquels on les retrouve sont beaux et, comme l'histoire est racontée de l'intérieur, on voit bien l'évolution des sentiments de Capucine, qui est de plus en plus troublée par cette nouvelle amie, se demande si c'est toujours de l'amitié, et va suivre tout simplement ses sentiments plutôt que de les refouler.

Une belle lecture sur l'adolescence à découvrir dès 14 ans !

 

"Dans ce blog je vais évoquer ma vie, mais aussi la vie. Parce que ce qui compte quand on navigue, ce n'est pas le bateau. C'est l'océan, l'équipage, et les étoiles au dessus de nos têtes."

 

"C'est aussi ça l'amitié. Une personne qui sait ce qui compte pour vous, et qui fait comme si ça comptait pour elle aussi."

 

 

 

 

Merci aux éditions Nathan

Résultat de recherche d'images pour

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 14:21 - Sentimental - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 mars 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? 164

 

113628603

 

 

Ce rendez-vous a été initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. C'est désormais Galleane qui récapitule les liens sur son blog.

blanc

j'ai lu

 

 

 

J'ai terminé Phobos 3 et j'ai bien avancé dans mes partenariats avec 3 lectures : un roman fort sur le harcèlement, La carotte et le bâton, un nouveau et mini tome des Filles au chocolat, Coeur piment, et un beau roman sur l'homosexualité, J'ai avalé un arc-en-ciel. J'ai aussi lu le premier tome dumanga sur le handicap Perfect World.

Que des bonnes lectures cette semaine, même si j'ai été assez déçue par Coeur piment dont l'histoire est traîtée trop rapidement.

 

      

 

blanc

 

 

 

 

Couverture 1791 : Une princesse en fuite

 

 

20 juin 1791 : Marie-Thérèse, fille aînée de Louis XVI, roi de France, reçoit de sa mère Marie-Antoinette la consigne de quitter sa chambre le soir-même pour rejoindre son frère et sa gouvernante... C'est le début d'une fuite effrénée au cours de laquelle Marie-Thérèse et sa famille voyageront incognito vers la frontière. Tandis qu'ils oscillent entre mouvements de panique et flambées d'espoir, Marie-Thérèse se rappelle son enfance fastueuse à Versailles et ses premières terreurs de jeune fille de 11 ans en 1789.

Le voyage est long, rien ne s'y passe comme prévu, et l'on se prend à espérer comme l'héroïne un enchaînement moins tragique...

 

 

 

 

 

 

 

 

blanc

109970576

 

 

 

Recevrai-je ou recevrai-je pas ma dernière grosse commande cette semaine ? That is the question ! Je piocherai sans doute une lecture parmi les romans achetés. Sinon ce sera Grosse folie, La mouche qui arrêta la guerre et le manga Le couvent des damnés.

 

Couverture Grosse folie   Couverture La mouche qui arrêta la guerre    Le Couvent des damnées - Tome 1

 

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

 

 

Posté par _Lottie_ à 13:32 - C'est lundi, que lisez-vous ? - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 mars 2017

In My Mailbox #23

 

90094559_p

 

Mis en place par Kristi sur son blog The Story Siren et repris en France de puis peu par Lire ou mourir. Le but consiste à faire partager les livres reçus dans sa boite aux lettres chaque semaine, les livres achetés ou empruntés en bibliothèque.

 

blanc

📘  Les achats  📘

blanc

Je me suis laissée tenter par deux mangas, conseillés par mon libraire : Perfect World, sur le handicap (présenté ici), et Le couvent des damnés, sur l'Inquisition.

blanc

Résultat de recherche d'images pour "manga perfect world"    Résultat de recherche d'images pour "manga couvent"

 

blanc

 

📚  Les réceptions  📚

 

blanc

Résultat de recherche d'images pour

blanc 

 

J'ai reçu deux albums de Splat, mais en anglais cette fois ! Et trois romans pour enfants, trois suites dont j'avais présenté les premiers tomes.

blanc

       

 

blanc

 

Et vous, qu'avez-vous reçu ? acheté ? Ces lectures vous intéressent-elles ?

 blanc

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 13:40 - In my Mailbox - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 mars 2017

La carotte et le bâton

couv23801284

 

La carotte et le bâton

Delphine Pessin

Talents Hauts, 2017

192 p.

8 €

 

 

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Émilie fait sa rentrée de troisième dans un nouveau collège, dans la même classe que son amie, Cloé.
Très vite, Émilie devient la cible préférée de Barbara, la « star » du collège, et de toute sa bande qui l’insultent parce qu'elle est rousse, s’amusent à lui jeter de la nourriture dessus et vont même jusqu’à la blesser. Émilie supporte tout cela stoïquement, jusqu'à ce que Cloé préfère s’éloigner d’elle pour ne pas risquer de devenir elle aussi une cible.

 

Mon avis

Il se trouve que je travaille en ce moment sur le harcèlement pour un EPI avec les 4è. Cette nouveauté de chez Talents Hauts tombait donc à pic ! J'ai beaucoup aimé cette lecture, que j'ai lue d'une traite et qui est très proche de ce j'ai pu moi aussi subir au collège.

L'auteur donne la parole à deux ados, qu'on peut qualifier de meilleures amies, et qui vont être confrontées au harcèlement : Emilie en tant que victime et Cloé en tant que témoin.

Le principe vicieux du harcèlement est très bien restranscrit : tout commence par des moqueries autour des cheveux roux d'Emilie, pour se transformer en un jeu horrible ("la carotte et le bâton", je vous laisserai découvrir le principe) et les humiliations et violences physiques aller crescendo. Emilie est complètement dépassée par cet acharnement sur elle qu'elle ne comprend pas, de plus en plus d'élèves s'y mettant pour être bien vus de cette peste de Barbara, et par la distance que va prendre son amie.

J'ai trouvé les deux profils très justes, aussi bien Emilie, qui souffre mais n'ose pas demander de l'aide aux adultes par peur des représailles, que Cloé, qui ne participe pas aux humiliations mais craint de devenir elle aussi une paria du collège en aidant ouvertement celle qui est pourtant sa copine.

On pourrait reprocher au récit de montrer certains membres de l'équipe éducative (pas tous) ne prenant pas la mesure de la souffrance et de la détresse d'Emilie. C'est l'opposé du message que l'on voudrait donner à nos élèves mais la situation est malheureusement plausible puisque c'est celle qu'on a vécue avec mes parents ! 

blanc

"Les autres ont ricané. J'ai répliqué sans les regarder vraiment, presque à voix basse :

- Barbara, pourquoi tu m'as fait tomber tout à l'heure ?

Barbie a écarquillé les yeux.

- De quoi tu parles ? C'est quand même pas ma faute si tu t'es cassé la gueule !" p.37

blanc

"Lorsqu'Emilie est tombée et s'est fait mal au genou, je me suis convaincue qu'il ne fallait pas dramatiser les choses. Comme si en parler donnerait du poids à un acte somme toute anodin. Je n'avais pas encore compris que c'était justement le poids des mots qui aurait évité ce qui s'est passé ensuite." p.53

blanc

"Je me disais que si je ne répondais pas à la provocation, ils finiraient par se lasser. Je les imaginais, pareils à un nid de frelons : si on ne bougeait plus, ils s'arrêtaient de piquer." p.90

blanc

"La vérité c'est que j'avais honte. Honte de ne pas savoir me défendre. Honte de subir sans broncher les brimades quotidiennes. Comment parler à mes parents, en sachant par avance la déception qu'ils ne manqueraient pas d'éprouver ? J'avais peur aussi. Si je parlais, je savais pertinemment qu'ils appelleraient le collège. Et si Barbara et les autres avaient des ennuis à cause de moi, ils me le feraient payer très cher." p.107

blanc

 

Merci aux éditions Talents Hauts

 

blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 17:44 - Drames - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coeur piment

couv45190627

 

Les filles au chocolat. 6.5 Coeur piment

Cathy Cassidy

Nathan, 2017

105 p.

5.90 €

 

 

Ma note : 14/20

 

 

 

 

 

 

 Résumé éditeur

Après avoir passé deux merveilleuses semaines à Tanglewood, avec Honey, Ash a repris son tour du monde. Le voilà maintenant en Europe, direction Paris ! Mais le cœur n’y est plus. Il ne retrouve pas l’excitation de ses premiers mois de voyage : Honey lui manque trop, et sans elle rien n’a plus d’intérêt. Il n’y a que lorsqu’il lui raconte ses visites et ses impressions par mail qu’il se sent heureux.

C’est pourquoi la perspective de rentrer bientôt en Australie alors que Honey reste en Angleterre, inquiète Ash…

Et si elle finissait par l’oublier ?

 

 

Mon avis

Je ne suis pas très contente de ce énième tome des Filles au chocolat dont je ne comprends pas vraiment l'intérêt... Pas à cause de l'histoire, celle, très mignonne, de Ash parti à Paris loin de sa bien-aimée et qui s'interroge sur sa relation à distance, mais pourquoi en avoir fait un mini-livre avec une micro histoire au lieu d'une nouvelle intégrant un recueil comme il en existe déjà dans cette série ou d'un roman entier ?

Les fans seront contents de retrouver Cathy Cassidy mais resteront sans doute eux aussi sur leur faim !

 

 

"Les relations à distance, ça n'est jamais facile. On a tenu le coup pendant dix-huit mois, mais je ne suis pas sûr de pouvoir continuer encore trois ans à ce rythme." p.24

 

"- Attends-toi à l'inattendu, conclut-elle en plissant les yeux. Une page se tourne, mais une autre va s'ouvrir. Ton prochain défi se trouve au coin de la rue." p.44

 

 

 

Merci aux éditions Nathan

f58703_e8641e0735e1418ca033b681cda65aca~mv2

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 16:30 - Sentimental - Commentaires [0] - Permalien [#]

Throwback Thursday #3

 

throwbacthursday

 

Chaque jeudi, on ressort une lecture de nos archives en suivant le thème proposé et on poste son lien à Bettie Rose. On peut ainsi vous faire redécouvrir des titres qu'on a aimés mais qui ne figurent plus en tête de page sur nos blogs :)

Le thème de la semaine

Girl Power (féminisme ou un personnage principal féminin)

J'ai choisi un roman que j'avais eu l'occasion de lire quand j'étais jury du Prix NRP 2013 : une héroïne fort et un sujet dont on ne parle pas assez !

couv71107511

* Sélection Prix du Jury NRP 2013 *

Bacha Posh

Charlotte Erlih

Actes Sud Junior, 2013

192 p.

 

 

 

 

Résumé éditeur

A 15 ans, Farrukh voit enfin son rêve se réaliser : son club d'aviron, le seul d'Afghanistan, a obtenu un bateau professionnel. Si son équipe tentait de se qualifier pour les Jeux olympiques ?! Mais Farrukh est un "bacha posh". Dans les familles afghanes qui n'ont que des filles, on appelle ainsi les jeunes filles transformées en garçons et élevées comme tels, jusqu'à l'âge de la puberté... S'il est découvert, c'est son rêve et sa liberté qui s'évanouissent, le déshonneur pour les siens.
Et qu'est-ce qu'il en sera des sentiments troubles de Sohrab à son endroit ?

 

Mon avis

Farrukh mène une vie heureuse et insouciante avec sa bande de copains. Tous rêvent d'être sélectionnés aux J.O. pour l'épreuve d'aviron et bénéficient de l'aide d'une entraîneuse française venue en Afghanistan les aider. Mais voilà que la puberté le rattrape et marque le début de la fin : finie la liberté, les copains, et l'aviron. Farrukhzad, puisque c'est son vrai nom, doit apprendre à vivre comme une fille et ne pourra plus sortir que voilée et accompagnée. C'est désormais au tour de sa petite soeur d'avoir les cheveux coupés et d'être élevée comme un garçon...


 

 

Posté par _Lottie_ à 14:07 - Throwback Thursday - Commentaires [0] - Permalien [#]

Perfect World. 1

couv66731298

 

Perfect Wolrd. 1

Rie Aruga

Akata, 2016

167 p.

6.95 €

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Tsugumi Kawana est une jeune femme de 26 ans qui travaille dans une boîte de design d’intérieur. Lors d’une soirée d’un client tenant une boîte d’architecte, elle va tomber nez à nez avec son premier amour et confident quand elle était au lycée : Ayukawa. La jeune fille semble très vite retomber sous son charme. Mais lorsque ce dernier décide de partir, elle va alors se rendre compte que quelque chose a changé. En effet, Ayukawa est en fauteuil roulant à présent.

 

 

Mon avis 

Après le phénomène A silent voice, Perfect World est une nouvelle série qui aborde le sujet du handicap et qui fait beaucoup parler d'elle depuis sa sortie. Je n'achète pas souvent de manga pour moi, j'emprunte en majorité tous les mangas que je lis, mais je me suis laissée convaincre par mon libraire pour découvrir rapidement celui-ci puisque je ne le prendai pas pour le collège (il s'adresse plutôt à des lycéens et se classe dans les "josei").

La trame de cette histoire n'est pas sans rappeler le roman Avant toi de Jojo Moyes (que j'avais dévoré cet été) puisqu'on suit une romance naissante entre deux personnages confrontés au handicap. Plusieurs thèmes et questions sont soulevés, comme l'acceptation du handicap quand il survient suite à un accident, l'image de soi et le regard des autres dans la vie de tous les jours et dans la construction d'une relation amoureuse, le déplacement des personnes à mobilités réduites (Ayukawa est architecte, il aide à réaliser les aménagements nécessaires), le handisport mais aussi tous les autres problèmes de santé auxquels doivent faire face des personnes paralysées et que l'on ne soupçonne pas. Tsugumi sera-t-elle prête à les affronter ?

 

On sent, dès ce premier tome, que l'histoire va être de plus en plus touchante et que nous ne sommes pas à l'abri de passages poignants ! J'ai aussi beaucoup aimé les dessins, en particulier les visages des personnages, doux et expressifs sans être exagérés. C'est donc une série que je poursuivrai.

 

 

 

 

 

© 2016 AKATA.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 09:26 - Manga - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2017

Phobos. 3

couv74967841

 

Phobos. 3

Victor Dixen

Robert Laffont, 2016

620 p.

18.90 €

 

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

FIN DU PROGRAMME GENESIS DANS
1 MOIS...
1 JOUR...
1 HEURE...
ILS SONT PRÊTS A MENTIR POUR SAUVER LEUR PEAU

Ils sont les douze naufragés de Mars.
Ils sont aussi les complices d'un effroyable mensonge.
Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.

ELLE EST PRÊTE A MOURIR POUR SAUVER LE MONDE

Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?

MÊME SI LE COMPTE À REBOURS EXPIRE, IL EST TROP TARD POUR RENONCER.

blanc

Mon avis - attention, petits spoilers

Aussitôt le tome 2 terminé, j'ai foncé acheter la suite. Après une telle fin, je ne pouvais pas attendre ! Un tome encore plus gros (620 pages !), une fois de plus riche en rebondissements et idées originales (comme de crypter la chaîne Genesis, pour le lecteur, comme pour les non-abonnés, au moment où l'on découvre les auditions des candidats), mais dans lequel j'ai trouvé quelques longueurs, ce qui explique que je l'ai un tout petit poil moins aimé que les autres tomes...

Je m'explique. Ce que j'aime dans cette saga, c'est avant tout de suivre les 12 candidats que l'on a envoyés coloniser Mars, observer les relations qu'ils tissent entre eux et leur mode de (sur)vie dans leurs nouveaux habitats. Or, la partie politique et donc, ce qui se trame sur Terre, prend beaucoup de place dans ce tome, au détriment de ce qu'on voudrait voir plus développé sur Mars, d'où les longueurs et une certaine frustration de ne pas passer plus de temps avec Léonor et ses amis. Idem pour les autres candidats qui décollent pour la nouvelle saison et intègrent l'histoire sans être vraiment présents. J'ai aussi trouvé la fin trop expéditive alors que le suspens et la tension aurait mérités d'être exacerbés à ce moment-là de la saga.

Bon, je critique, je critique, mais j'ai quand même beaucoup aimé. C'est juste que, vu le gros coup de coeur pour les deux tomes précédents, j'en attendais encore plus pour celui-ci. N'allez pas croire que cette lecture fut une déception ;)

 blanc

Sur son site officiel, Victor Dixen a annoncé en décembre un autre tome pour 2017 😱

"Il y a eu un "avant" : Phobos Origines, un tome « prequel » plongeant dans le passé des prétendants, à la recherche des motivations secrètes qui les ont conduits à partir pour toujours.

 

Il y aura aussi un "après" : un horizon où les destins se rejoignent, où les mondes entrent en collision, où le futur s’écrit en lettres de feu."

blanc 

http://victordixen.com

 

blanc

 

"Nous sommes des figurants dans un film dont le script nous échappe."

blanc

"De toutes les voiles dont disposent les humains pour naviguer au gré de l'existence, celles du coeur sont les plus difficiles à orienter, et peut-être même est-ce impossible. J'ai longtemps été tiraillée par des vents contraires. J'ai connu le vertige de l'ouragan et la douceur de l'alizé. Il faut me laisser le temps de trouver mon nouveau cap."

 

blanc

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:27 - Science-fiction - Commentaires [0] - Permalien [#]