Calypso

Des conseils de lecture, bricolages et animations en littérature petite enfance, jeunesse et young adult.

04 août 2017

Les mystères de Larispem. 1

couv67591488

 

Les mystères de Larispem. 1, Le sang jamais n'oublie

Lucie Pierrat-Pajot

Gallimard jeunesse, 2016

257 p.

16 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

Résumé éditeur

Larispem 1899 - Dans cette Cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent…? Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville.

Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

 

Mon avis

Lauréate du 2è Concours Premier Roman lancé par Gallimard, RTL et Télérama, Lucie Pierrat-Pajot (une collègue prof-doc !) revisite l'Histoire dans une uchronie steampunk, saupoudrée d'un brin de magie. Autrement dit, elle imagine un Paris devenu indépendant suite à la victoire des Communards, nommé Larispem et présidé par trois citoyens, dont Jules Verne. Si l'Histoire est différente, les paysages de notre chère capitale sont donc eux aussi métamorphosés (la Tour Eiffel n'existe pas, Notre-Dame est devenue une aérogare...) et ce sont les bouchers qui sont devenus la caste forte de la société, avec leur argot que nous nous amuserons à décrypter.

J'ai adoré ce que l'auteur a imaginé concernant Paris et j'aurais voulu encore plus de descriptions de cette ambiance steampunk issue des romans de Jules Verne. C'est ce que j'ai préféré dans ce premier tome et j'espère trouver d'autres surprises dans les suivants. Côté histoire, en développant l'intrigue autour de trois personnages qui se connaissent ou vont se rencontrer, celle-ci est prenante mais reste dans l'ensemble une mise en place de ce qui nous attend dans la suite, que je lirai avec plaisir.

 

 

"Tu vois, Nathanaël, ce que je hais le plus chez les Larispemois, c'est cette façon de faire comme si Larispem était une cité entièrement neuve, née de leurs rêveries d'anarchistes. Voilà presque trente ans qu'ils changent le nom des rues, transforment les églises en club de discussion, en gares et en entrepôts. Pourquoi ? Pour que l'on oublie que Larispem n'est rien d'autre que Paris caché sous d'autres noms."

 

""Par ses romans, le citoyen Jules Verne nous a ouvert une fenêtre sur le futur. A nous de fabriquer la porte."
citation attribuée à Michelle Lancien"

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:10 - Science-fiction - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 août 2017

Les misérables

89e504c7092996982709402ee31f572b

 

Les misérables

Victor Hugo

Soleil Manga, 2011

200 p.

6,99 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Sous l'impulsion du lumineux évêque Myriel, Jean Valjean, forçat libéré après 19 ans de bagne, prend la résolution de s'engager sur la voie du bien et de devenir un homme nouveau. Plusieurs années après, alors qu'il a changé de nom et qu'il est devenu maire de Montreuil-sur-Mer, Javert, un ancien gardien du bagne où il a été emprisonné, est nommé en tant qu'inspecteur de police dans cette ville...

Un manga inspiré par l'oeuvre magistrale de Victor Hugo, l'un des meilleurs poètes et romanciers français de l'école romantique.

 

Mon avis

Je connaissais dans les grandes lignes l'histoire des Misérables, un grand classique qui manque à ma culture littéraire malgré mes études en lettres ! Comme mes élèves de 4è l'étudient, je voulais leur acheter une adaptation en manga car je savais qu'il en existait.

Celle-ci a le mérite de condenser le roman de Victor Hugo en un one-shot de 200 pages et de le rendre très accessible et parfaitement adapté pour une première lecture en collège (avec en plus un sens de lecture européen). Je suis par contre moins fan des illustrations qui auraient mérité d'être plus détaillées et moins grossières dans certaines expressions des visages.

 

Les autres titres de cette collection m'intéressent beaucoup, plutôt à destination des lycéens :

Résultat de recherche d'images pour "les misérables manga soleil"  Résultat de recherche d'images pour "les misérables manga soleil"  Résultat de recherche d'images pour "les misérables manga soleil"  Résultat de recherche d'images pour "les misérables manga soleil"

 

couv site  couv site  couv site prince1

 

Retrouvez la collection complète sur le site des éditions Soleil

 

Posté par _Lottie_ à 18:39 - Manga - Commentaires [1] - Permalien [#]

Sauveur & fils. 1

couv21563663

 

Sauveur & fils. 1

Marie-Aude Murail

L'école des loisirs, 2016

329 p.

17 €

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.
Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

 

Mon avis

Encore un livre dont j'avais entendu beaucoup de bien et dont les louanges sont justifiées ! Les couvertures de la trilogie pourraient laisser attendre une histoire narrant les aventures de petits rongeurs mais il ne faut pas s'y fier puisque nous suivrons le quotidien d'un psychologue et de son petit garçon.

Les jeunes patients de Sauveur défilent dans son cabinet pour lui livrer leurs problèmes et c'est très intéressant, surtout dans un livre jeunesse, de voir comment le spécialiste les amène à se confier en posant les bonnes questions et en gagnant leur confiance et un respect mutuels. Scarification, phobie scolaire, pipis au lit... les cas représentés par les personnages et les manifestations de leurs maux sont très différents. Des lecteurs pourront alors s'identifier à certains d'entre eux.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : si Sauveur gère les secrets et problèmes de ses patients, il cache aussi cache les siens... Malgré son flegme et l'humour dont il fait preuve au quotidien, un secret de famille le rattrape.

 

Un coup de coeur que j'ai dévoré et dont je lirai la suite !

 

 

"Les yeux de Gabin s'emplirent de larmes - lentement, parce que tout lui prenait du temps.
- A quoi ça sert ? marmonna-t-il.
- Quoi sert à quoi ?
- Mais tout. Le lycée. Les maths. Les études.
Sauveur chassa la pensée inopportune de Charlotte, bac+5, sans emploi.
- Ça sert à trouver sa place dans la société. Tu n'as aucun projet d'avenir ? Aucune idée de ce que tu voudrais faire ?
- Elfe de la nuit.

- C'est ça, ton ambition : passer ta vie à comater un écran ?
Sauveur s'en voulait d'être aussi moralisateur en face de Gabin. Il savait bien que c'était inefficace avec un adolescent."

 

 

"- Je me croyais très fort parce que je venais de terminer mes études de psychologie, parce que j'étais amoureux, parce que je m'appelle Sauveur ! J'ai cru que j'allais la sauver.
- Et tu n'as pas réussi ? [...]
- Non. Parce qu'on ne sauve pas les gens d'eux-mêmes [...]. On peut les aimer, les accompagner, les encourager, les soutenir. Mais chacun se sauve soi-même, s'il le veut, s'il le peut. Tu peux aider les autres [...]. Mais tu n'es pas tout-puissant. JE n'étais pas tout-puissant.

C'était ce qu'il avait appris à l'aube de sa vie professionnelle, et de la façon la plus cruelle."

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 12:21 - Récits de vie - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 juillet 2017

Défi PKJ Août

 

défi-PKJ-août

 

Mise à jour le 5/08

 

Les 30 choses à réaliser au mois d'août

 

1) Lire un livre de plus de 450 pages.

2) Lire un PKJ.

3) Tomber sous le charme d'un roman.

4) Il y a une déclaration d'amour.

5) Lire est la première activité de votre journée.

6) Il y a du vert sur la couverture.

7) Il y a un quiproquo concernant l'identité d'un personnage.

8) Partager son avis d'un livre PKJ avec PKJ.

9) Parler du #défiPKJ sur les réseaux sociaux.

10) Il y une scène de fête d'anniversaire.

11) Vous rencontrez le mot "chouette" dans votre lecture.

12) Vous aimez beaucoup le titre de votre lecture.

13) Le héros/l'héroïne (et pas un personnage secondaire) se trouve dans un pays étranger/qui n'est pas son pays d'origine.

14) Il y a des références à la pop culture.

15) Le héros/l'héroïne doit sauver le monde.

16) Un des personnages est fan de quelque chose/de quelqu'un.

17) Le nom du héros/de l'héroïne est dans le titre.

18) Lire plusieurs livres en même temps.

19) Découvrir un nouvel auteur français.


20) Le titre commence par la lettre N.

21) L'histoire commence page 9.

22) Il n'y a pas deux fois la même lettre dans le titre.

23) Il y a un chien dans l'histoire.

24) Le prénom du héros/de l'héroïne commence par la lettre D.

25) Il y a au moins 4 voyelles dans le prénom de l'auteur.

26) Il y a une scène sur une plage.

27) Un animal parle.

28) Il y a un protagoniste masculin dragueur.

29) Emporter avec soi un livre quelque part et finalement ne pas avoir le temps/l'occasion de lire.

30) Le narrateur du livre (narré à la première personne du singulier) n'est pas décrit physiquement.

 

 

Qui participe ?

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 12:11 - Planète livres - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'est lundi, que lisez-vous ? 182

116618132

Ce rendez-vous a été initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. C'est désormais Galleane qui récapitule les liens sur son blog.

j'ai lu

 

 

 

 

J'ai terminé la dystopie féministe Sang-de-Lune, de Charlotte Bousquet, et ralenti dans mes lectures pour le défi Babelio pour lire quelques emprunts médiathèque avec le tome 1 du manga Food Wars, la BD sur la chanteuse de The Mamas & the Papas California Dreamin', la BD Cet été-là et l'album L'ennemi.

 

Sang-de-lune par Charlotte Bousquet  Food Wars, tome 1 par Yuto Tsukuda  California dreamin' par Pénélope Bagieu  Cet été là par Jillian Tamaki  L'ennemi par Davide Cali

 

blanc

 

 

 

Mon libraire m'avait beaucoup venté Les mystères de Larispem, qui a gagné le Concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL, et j'aime beaucoup ! Normal puisque le cadre de l'histoire c'est un Paris du 19è revisté à la sauce steampunk :

Les Mystères de Larispem : Pierrat-Pajot, Lucie

 

Larispem, 1899.
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d'un régime populiste, trois destins se croisent... Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l'apprentie louchébem et Nathanaël, l'orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l'ombre d'une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Maraudeuses, sabotages d'automates, livre indéchiffrable: au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétrofuturiste captivant.

 

 

 

blanc

109970576

 

 

 

Je referai sans doute un tour à la médiathèque pour quelques mangas mais j'ai encore Les misérables à lire et, pour le défi Babelio, ce sera Le fils de l'Ursari et Le soleil est pour toi qui m'attendent.

 

    Résultat de recherche d'images pour "manga les misérables"

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:18 - C'est lundi, que lisez-vous ? - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 juillet 2017

#bleue

couv14157088

 

#Bleue

Florence Hinckel

Syros, 2015

255 p.

15.95 €

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d'Eradication de la Douleur Emotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d'une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, "veillant" les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l'incandescente Astrid... Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE. Pour oublier.

 

Mon avis

Florence Hinckel imagine une monde, un futur possible, dans lequel la souffrance doit être éradiquée pour préserver les habitants, et surtout les mineurs, de tout sentiment violent. Les Hommes seraient plus civilisés et heureux puisque, dès qu'ils ressentent une émotion négative forte, la CEDE intervient pour l'effacer de leur cerveau et symboliser ce rite par un point bleu sur leur poignet. Avoir plusieurs de ces points bleus serait même la marque sociale d'intelligence de la part de ceux qui acceptent de ne plus souffrir. Et pour complèter cette recherche de la bienveillance entre citoyens, tous sont hyper-connectés à un réseau social via lequel on se rassure en donnant des nouvelles 24h/24h.

Cette société pourrait donc se rapprocher d'une utopie mais en effaçant la souffrance, n'efface-t-on pas aussi les souvenirs et toutes les émotions qui leur sont liées ? peut-on refuser cette vie aseptisée qui est imposée par le gouvernement ? Silas va se retrouver confronter à ces questions quand il apprend la mort de sa petite amie.

 

L'histoire alternera celle de Silas et celle d'Astrid, sous forme de flashback, pour proposer une réflexion vraiment intéressante sur des dérives possibles de notre société, portée par une belle histoire d'amour et toute la sensibilité dont sait faire preuve Florence Hinckel.

 

 

"Il semblerait qu'au-delà de trois passages, les émotions soient gravement altérées. Ce qui paraît le plus choquant, d'après chacun des témoins, c'est le manque d'empathie et de compassion qui en découle. Ces gens craignent que la bonté ou la solidarité ne soient amenées à s'éteindre peu à peu, dans l'indifférence générale."

blanc
"La douleur rend vivant."
blanc
"J'aimerais tellement alerter le monde entier. Qu'il m'entende et qu'il m'écoute, et surtout qu'il me comprenne. j'aimerais le regarder dans les yeux. Qu'il se plonge dans les miens, et qu'on y voie mon âme. J'aimerais leur dire à tous : "Souvenez-vous de la vôtre. Souvenez-vous de l'âme du monde. Ne la perdez pas." J'aimerais parler à chacun, lui dire: "Toi qui m'écoutes, souviens-toi que tu es un humain. Souviens-toi de ce que cela signifie. Souviens-toi qu'être humain n'est pas facile, mais que c'est la plus belle chose qui soit. Souviens-toi que notre monde est fait d'oppositions: mal et bien, ombre et lumière, douleur et joie... inhumain et humain. Souviens-toi que si tu supprimes un élément d'un couple, tu anéantis le couple entier. Souviens-toi de la vie. De toutes les couleurs de la vie..."

 blancblanc

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:06 - Science-fiction - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2017

L'ennemi

couv4935365

L'ennemi

Davide Cali, Serge Bloch

Sarbacane, 2007

16 €

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

C'est la guerre. On voit quelque chose qui pourrait être un désert, dans lequel il y a deux trous.
Dans les trous, deux soldats. Ils sont ennemis...

 

Mon avis

Un soldat, terré dans un trou, s'interroge sur l'ennemi qui se trouve à quelques mètres de lui : qui est-il ? forcément un barbare capable de tuer femmes et enfants ! Il faut le tuer comme le manuel du soldat l'ordonne ! Mais, finalement, cet ennemi... n'est-il pas lui aussi une victime d'une guerre que d'autres ont décidée pour eux ? A-t-il une famille ? Se pose-t-il les mêmes questions ? 

C'est avec une grande simplicité dans l'histoire et les illustrations que les deux auteurs de cet album nous font réflechir à la question de celui qui se cache derrière la figure de l'ennemi. Sa fin ouverte donne toute sa puissance à cet album : au final, qui est l'ennemi de qui ? Si l'histoire n'est volontairement pas datée de façon explicite, on reconnaîtra la Première Guerre Mondiale comme toile de fond et les sentiments que pouvaient ressentir les soldats dans les tranchées.

Un chef-d'oeuvre à lire à tout âge, soutenu par Amnesty International, que j'achèterai pour mes élèves.

http://editions-sarbacane.com/wp-content/uploads/2013/10/ennemi-p25-26.jpg

 

http://editions-sarbacane.com/wp-content/uploads/2013/10/ennemi-p33-34.jpg

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 15:17 - Albums - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sang-de-Lune

couv75943044

 

Sang-de-Lune

Charlotte Bousquet

Gulf Stream, 2016

320 p.

17 €

 

Ma note : 15/20

 

 

 

 

 

 

 

 Résumé éditeur

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l'autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d'échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite soeur Arienn découvre la carte d'un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l'annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l'obscurité.

 

Mon avis

L'auteur reprend ici un thème qui lui est cher et qu'on retrouve dans plusieurs de ses livres : la condition féminine, la domination des hommes sur les femmes et leur émancipation. Le monde dans lequel évolue l'héroïne et duquel elle va s'échapper considère les femmes comme des êtres de second-plan, tout juste bonnes à être mariées et devenir mères. Il n'est pas question d'amour non plus, les mariages sont arrangés, et la désobéissance aux lois d'Alta peut mener à la lapidation par sa propre famille ! Gia refuse que cette vie misérable soit imposée à sa petite soeur qu'elle chérit tant et choisit de s'enfuir avec elle, à leurs risques et périls...

 

J'ai toujours du mal avec les histoires pour lesquelles il faut commencer par s'imprégner de tout un vocabulaire et une mise en place de l'univers imaginé par l'auteur car je le ressens comme une difficulté qu'on m'impose avant de pouvoir profiter du récit et je préfère découvrir tous ces éléments nouveaux quand ils sont distillés dans l'histoire (je suis d'ailleurs surprise que ce roman soit considéré comme dystopie, donc science-fiction, car je l'aurais presque considéré comme de la fantasy). Je suis tout de même entrée assez vite dans l'histoire et j'ai aimé les thèmes forts qui sont développés ainsi que l'écriture de Charlotte Bousquet, auteur que j'aime beaucoup (je vous conseille d'ailleurs vraiment son roman Là où tombent les anges) mais je n'ai pas été transportée par toute la partie fuite, survie et les combats qui constituent la deuxième moitié du roman.

 

 

 

 

"Que répondre ? Les paroles d'Arienn font écho à mes propres réflexions. A force de ployer sous le joug des traditions et des lois, les gens oublient qu'ils sont humains. L'insupportable devient pour eux une norme. Et certains, comme notre génitrice, se prévalent d'en être les garants."

 

 

"Elle ne se pose jamais de questions, Cora. Ni sur son avenir ni sur son statut. Aucune remise en cause, aucune terreur cachée. Elle est lisse. Calibrée pour une vie de soumission, de paupière baissées."

Posté par _Lottie_ à 12:37 - Science-fiction - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 juillet 2017

California Dreamin'

couv32348197

 

California Dreamin'

Pénélope Bagieu

Gallimard, 2015

272 p.

24 €

 

Ma note : 19/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique qu'attachante, son besoin d'amour inextinguible. A l'aube des années 1960, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.

 

Mon avis

J'ai emprunté cette BD pour deux raisons : parce qu'elle est de Pénélope Bagieu et que l'histoire se déroule dans les années 60. Mais je ne savais pas que j'avais dans les mains la biographie d'une chanteuse appartenant à un groupe mythique que j'adore, The Mamas and the Papas !  

De son enfance aux côtés d'un père mélomane à sa décision de tout quitter pour vivre son rêve de devenir chanteuse à New York, puis sa rencontre avec ceux qui formeront sa nouvelle famille et avec qui elle connaîtra enfin le succès, l'histoire d'Ellen Cohen (ou Cass Elliot, son nom de scène) est riche en rencontres, des proches qui vont nous raconter qui était ce personnage exceptionnel !

Un récit en noir et blanc passionnant et drôle qui évoque les grands noms et courants de la musique ainsi que les mentalités des années 60-70.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 15:23 - B.D. - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2017

Food Wars ! 1

couv21591581

 

Food Wars ! 1

Yuto Tsukuda, Shun Saeki

Tonkam, 2014

208 p.

6.99 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Sôma a grandi dans les cuisines du restaurant familial et se prépare depuis toujours à prendre la succession. Mais son quotidien est bouleversé quand son père accepte un poste dans un palace new-yorkais. Le jeune garçon est alors envoyé dans une prestigieuse école culinaire. Bien décidé à ne pas décevoir sa famille, Sôma devra rivaliser de génie pour s'imposer parmi les meilleurs espoirs.

 

Mon avis

Au moment de la Semaine du goût, j'hésite toujours à acheter ce manga mais j'avais lu que les scènes de dégustation étaient sexualisées et je préférais donc le lire en amont avant de me lancer dans un achat pour mes élèves. Bon, je crois que je ne le prendrai pas...  Les sensations provoquées par la cuisine sont effectivement très érotiques avec des scènes représentant de véritables orgasmes culinaires et je ne souhaite pas vraiment que mes 6è tombent dessus ! Pour des 3e et des lycéens, oui, mais pour moi, pas avant.

Mis à part ça, j'ai beaucoup aimé ce premier tome. Le héros est un bel exemple de persévérance et nous prouve qu'on peut réussir si on s'en donne la peine et qu'il n'est pas besoin de sortir d'une école prestigieuse, ni d'acheter des produits de luxe pour avoir du talent et réaliser des plats d'exception ! Les graphismes des plats concoctés vous mettront l'eau à la bouche et on suit avec intérêt la concurence qui fait déjà rage entre les personnages.

 

 

© 2012 Yuto Tsukuda

source images : http://www.actuabd.com

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 18:06 - Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? 181

 

116618132

 

Ce rendez-vous a été initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. C'est désormais Galleane qui récapitule les liens sur son blog.

j'ai lu

 

 

 

 

Comme je n'ai pas pu faire mon C'est lundi la semaine dernière, ce sera un gros bilan des 15 derniers jours. Je profite des vacances pour lire un maximum de titres participant au Défi Babelio Ado+, que je ferai l'an prochain avec mes élèves.

En BD et mangas, j'ai lu Nekojima, un manga tout mignon sur une île peuplée de chats, Bulles & Blues, à l'héroïne artiste et rebelle, Secret pour secret, sur l'avortement, et les 15 portraits de femmes exceptionnelles de Culottées.

En romans, j'ai lu Everything everything dont j'ai deviné la fin trop vite ce qui m'a complètement gâché le reste de la lecture ! La pyramide des besoins humains m'a bien plu même si là aussi j'en attendais un peu plus... J'ai bien aimé #bleue, qui imagine un monde dans lequel la souffrance doit être éradiquée et propose une réflexion intéressante sur les réseaux sociaux. Et j'ai dévoré / adoré Sauveur & Fils (terminé hier), dont j'attendais beaucoup et n'ai pas été déçue par ce récit d'un père psychologue dont on suit les consultations et ses propres secrets de famille.

 

Nekojima : L'île des chats par Sato Horokura  Bulles & blues par Charlotte Bousquet  Secret pour secret par Charlotte Bousquet  

Everything, Everything par Nicola Yoon   La pyramide des besoins humains par Caroline Solé   #Bleue par Florence Hinckel   Sauveur & fils Saison 1 par Marie-Aude Murail

 

blanc

 

 

 

J'ai commencé hier soir Sang-de-Lune, dans un style assez différent de ce que j'ai l'habitude de lire mais comme j'aime beaucoup Charlotte Bousquet...

 

Sang-de-lune par Bousquet

 

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l’autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d’échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d’un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l’annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l’obscurité.

 

 

blanc

109970576

 

 

 

J'irai faire un tour à la médiathèque demain donc je lirai aussi quelques BD et mangas ;)

 

Les Mystères de Larispem : Le sang jamais n'oublie par Pierrat-Pajot  Le poison d'amour par Schmitt

 

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 13:04 - C'est lundi, que lisez-vous ? - Commentaires [3] - Permalien [#]

Et mes yeux se sont fermés

et-mes-yeux-se-sont-fermés1

 

Et mes yeux se sont fermés

Patrick Bard

Syros, 2016

197 p.

14,95 €

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

A priori, Maëlle n'est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s'habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C'est pour, croit-elle, sauver le monde, qu'elle rejoint l'organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.

 

Mon avis

Patrick Bard a ressenti la nécessité d'écrire sur la radicalisation des jeunes après avoir perdu un ami proche lors des attentats de Charlie Hebdo et avoir appris, peu de temps après, que le fils d'une amie avait rejoint les rangs de Daesh. Pour montrer la complexité du sujet et les techniques d'embrigadement habiles pour attirer des jeunes dans les filets de Daesh, il a choisi de raconter l'histoire de Maëlle sous forme de roman choral : nous suivons toute une galerie de personnages, dont Maëlle qui revient tout juste de Syrie, sa famille, ses amis, profs ou encore assistante sociale, qui vont nous livrer leur version et partager leur regard sur sa radicalisation progressive et son retour de Syrie.

Tout n'est donc ni tout blanc ni tout noir dans ce roman, ce qui peut être un peu déstabilisant. On s'attache à Maëlle, on comprend  son dégoût par notre société capitaliste et comment il est facile de se laisse séduire par les théories du complot et d'être persuadé de partir servir une cause juste : sauver des enfants. Mais, si là-bas tout ne se passera pas comme elle l'imaginait, les femmes servant à se marier et enfanter les futurs soldats de Daesh, tout ne revient pas pour autant "à la normale" à son retour en France. Sa reconstruction sera lente et compliquée.


J'ai aimé toute cette complexité qui ressort de cette lecture : comment une ado brillante et éprise de justice peut-elle se faire laver le cerveau via les réseaux sociaux et comment ses proches n'ont-ils rien vu venir ou pourquoi n'ont-ils rien pu faire ?

 

 

"Les réseaux sociaux sont devenus sa réalité, et c'est vous, sa famille, qui êtes devenus virtuels."

 

"Elle a remis ça avec ses histoires de Syrie. Elle prétendait qu'il ne suffisait pas d'envoyer de l'argent, qu'il fallait que je parte là-bas. Que c’était ce qu'elle allait faire. Je lui ai répondu que ce n'était pas mon combat. Que si je devais m'engager dans quelque chose, ce serait ici, en France, pour lutter contre le racisme dont nous étions doublement victime en tant qu’immigrés de la troisième génération."

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:53 - Récits de vie - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2017

La pyramide des besoins humains

couv18663943

 

La pyramide des besoins humains

Caroline Solé

L'école des loisirs, 2015

128 p.

12.80 €

 

Ma note : 16/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

L'ensemble des besoins des êtres humains peut être classé en cinq catégories. Aujourd'hui, cette théorie est le principe d'un nouveau jeu de télé-réalité : La pyramide des besoins humains. Nous sommes 15 000 candidats, et dans cinq semaines il n'en restera plus qu'un. Et moi dans tout ça ? Disons que je m'appelle Christopher Scott. Disons que j'ai dix-huit ans. Que j'habite sur un morceau de carton, dans la rue, à Londres. 
Enfin, peu importe mon nom, peu importe mon âge. Je suis le candidat no 12 778. Je n'existe pas encore. Mais je risque fort de devenir quelqu'un, et même quelqu'un de célèbre. Et c'est bien ça le pire.

 

Mon avis

Beaucoup de passages reviennent sur le passé de Christopher, ses relations conflictuelles avec son père et sa fuite qui l'a améné à vivre dans la rue, ainsi que sur son quotidien de SDF et son regard sur notre monde super-connecté. J'aurais vraiment aimé que l'auteur développe davantage ceux concernant cette émission à laquelle il va participer. Imaginer qu'un SDF réussisse à franchir toutes les étapes d'une téléréalité basée sur la pyramide de Maslow, donc sur la gradation de nos besoins, et sur l'utilisation massive des réseaux sociaux est géniale et cette idée amène des pistes de réflexion très intéressantes ! Pourtant, une fois terminée, j'ai ressenti cette lecture comme étant d'abord et surtout l'histoire d'un jeune SDF et que l'émission passait finalement au second plan.

 

Ce livre est rapide à lire et permettra d'amorcer une discussion avec les ados sur des sujets de société comme les dérives de la téléréalité et des réseaux sociaux, le regard qu'on porte sur les sans-abris, leur quotidien ou encore la violence et la liberté. 

 

 

"Moi,je ne regarde pas dans le rétroviseur, je ne guette pas l'horizon : le seul temps que je connais, c'est le présent.Trouver à manger, une endroit où dormir, m'abriter.

 

"Quelques heures à peine après la publication dans le journal de ma photo du parking, ma page de profil devient l'une des plus fréquentées du jeu. Cela arrive brutalement. Tout le pays se met à parler de moi alors que je n'avais pas conscience que j'existais moi-même. [...] Donc la célébrité me tombe dessus comme la fiente d'un pigeon sur la tête. J'ai d'autant plus de mal à prendre conscience de ce qui m'arrive que personne ne connaît mon visage. Je continue à vivre comme un clochard anonyme." p.75

 

"Des spectateurs assidus regardent peut-être mon profil sur leur téléphone en marchant devant moi sans me voir. Sans savoir. Une partie de moi aime bien cette sensation d'être presque célèbre. Une autre partie panique, comme si j'allais devenir une bête traquée."

 

 

Posté par _Lottie_ à 12:19 - Récits de vie - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2017

Culottées. 1

couv15940921

 

Culottées. 1

Pénélope Bagieu

Gallimard, 2016

144 p.

19.50 €

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

 

 

Présentation éditeur

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.

Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

 

Mon avis

Gros succès dès sa sortie, j'avais offert cette BD à ma soeur mais n'avais pas encore eu l'occasion de la lire. Issus d'un blog du même nom, Pénélope Bagieu dresse les portraits de 15 femmes, d'époques et d'horizon très différents, mais qui ont toutes en commun un destin et une volonté exceptionnels ! Certaines sont connues (Joséphine Baker, les soeurs Mariposas...), d'autres moins et méritent tout autant de l'être.

J'ai adoré parcourir tous ces portraits qui retracent avec humour la vie complète de ces femmes. Une BD féministe incontournable, dont le tome 2 est déjà paru.

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:37 - B.D. - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Secret pour secret

couv41387510

 

Secret pour secret

Charlotte Bousquet, Jaypee

Gulf Stream, 2017

72 p.

15 €

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Un roman graphique délicat sur l’avortement

Voilà Lucas. Lucas et ses yeux de chien battu. Lucas et ses mains moites, ses baisers trop mouillés. Lucas, qui n’a toujours pas compris qu’entre nous c’est terminé. Dégage, Lucas. Disparais ! Fous-moi la paix ! D’habitude, en soirée, je danse, je m’éclate. Ça me permet d’oublier les semaines en solitaire, le silence étouffant de cet appartement trop grand. Là, c’est le contraire. Je me sens étrangère. Pas intégrée. Désintégrée.
« Je suis enceinte. » C’est réel, puisque je l’ai dit. Je n’ai plus le choix, je ne peux plus faire comme si j’en m’en foutais.

 

 

Mon avis

Dernier titre paru de la collection Les graphiques, Secret pour secret entame un nouveau cycle centré cette fois sur le lycée.

La BD s'ouvre sur une scène très forte, celle de Louane qui découvre que le résultat de son test de grossesse est positif. Ses parents sont absents et elle ne veut pas les prévenir par peur de les décevoir. C'est donc seule qu'elle s'apprête à affronter cette nouvelle, ce secret qu'il va falloir cacher aux autres... mais pas à tous, car c'est grâce à une camarade, un soutien inattendu et bienveillant, qu'elle affrontera les démarches pour mettre fin à cette grossesse non désirée.

Racontée à la première personne, cette BD sensibilise, sans jugement, aux risques de grossesses non désirées lors de rapports non protégés et renseigne le lecteur sur les démarches à suivre, qui plus est lorsqu'on est mineur (nécessité de la présence d'une personne mineure, rôle du planning familial, délais légal pour la prise de pilules abortives ou une intervention, déroulement de l'IVG).

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 15:18 - B.D. - Commentaires [0] - Permalien [#]