Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

22 octobre 2015

Plus de morts que de vivants

couv62723809

 

 Plus de morts que de vivants

Guillaume Guéraud

Rouergue, doAdo Noir  2015 

256 p.

13.70 €

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

8 heures du matin, vendredi 17 février, dernier jour de cours avant les vacances d'hiver pour les 647 élèves du collège Rosa Parks. Certains ont les traits fatigués ou les intestins en vrac parce que la grippe ou la gastro ne les a pas épargnés. Mais faut croire que tous ont déjà la tête en vacances et qu'ils considèrent cette journée comme une simple formalité.

Sauf que le portail du collège qui se ferme sur eux n'est pas prêt de rouvrir. Un nez saigne, une touffe de cheveux tombe, de minuscules boutons apparaissent sur un bras. Personne ne s'inquiète de ces détails alarmants. Tous ignorent qu'un virus fulgurant se fraye un chemin dans les couloirs du collège en infectant les cellules de leurs organismes. Bientôt, ils vomiront du sang, ils perdront leurs dents... Qui en sortira vivant ?

 

 

Mon avis

L'histoire s'ouvre sur une journée comme les autres dans un collège de Marseille. Nous faisons la connaissance d'un groupe d'ados, appartenant à des classes différentes et ne se connaissant pas forcément. Tous vont être confrontés au virus foudroyant qui va se déclencher, contaminer et décimer élèves et enseignants. Commence alors un huis-clos terrifiant, dans lequel l'auteur ne nous épargnera aucun détail gore ! 

J'ai beaucoup aimé ces deux aspects du roman.  Les personnages tombent un à un, avec des symptômes différents pour des morts toujours plus trashs. Les seules informations extérieures que nous détenons pour tenter de comprendre ce qui arrive se résument aux appels paniqués du directeur, aux directives du Ministère, à l'incompréhension du monde médical... Bref, la situation dépasse tout le monde, lecteur y compris, et un sentiment d'enfermement va progressivement nous gagner, à l'image de la mise sous quarantaine de l'établissement. Sentiment encore renforcé par une écriture au style lapidaire et des chapitres très courts qui donnent à voir les points de vue de personnages différents.

Mais, passée la moitié du roman,  j'ai aussi fini par trouver le récit un peu répétitif et je l'aurais trouvé encore plus fort ou violent dans son aspect thriller si l'auteur avait davantage exploité l'attachement du lecteur à ses personnages. Je suis personnellement restée assez insensible à la majorité des morts...

 

Cette lecture reste cependant très prenante et son coté trash, tant dans les descriptions que dans le langage jeune employé, plaira aux ados qui, dans mon collège, en sont très demandeurs. Un huis-clos sans pitié qui vous donnera l'irrépressible envie d'aller vérifier si vous n'avez pas un bouton ou une douleur suspecte... 

 

 

"Rien ne les différenciait désormais. Maigres ou costauds, jeunes ou vieux, filles ou garçons. Tous égaux devant la mort. Les plus vaillants ne pesaient pas plus lourd que les autres. La mort se foutait aussi bien de leur poids que de leur taille. La mort se foutait même de savoir qu’elle était beaucoup trop prématurée pour eux. La mort les englobait tous sans distinction. À croire que tout être vivant en valait finalement un autre."

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:15 - Horreur - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Plus de morts que de vivants

Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags