Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

08 juin 2016

Arte. 1

couv51907036

 

Arte. 1

Kei Ohkubo

Komikku, 2015

192 p.

7.90 €

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Florence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

 

Mon avis

Comme je suis surtout friande de mangas et BD historiques, je ne pouvais pas passer à côté d'Arte encore longtemps. J'ai tout de suite, et surtout, été emballée par les graphismes : les costumes et décors sont magnifiques, on s'y croirait ! L'histoire m'a aussi beaucoup plu, même si je regrette que l'héroïne, malgré une force de caractère admirable dans son choix de vie, soit finalement assez nunuche dans son comportement... On va lui laisser une chance de gagner en maturité dans les prochains tomes.

En plus de nous interroger sur la place de la femme et la figure de l'artiste au 16è siècle, on découvre dans ce manga l'univers passionnant des peintres et sculpteurs de l'époque, leurs ateliers et matériel, la hiérarchie et les tâches attribuées entre maîtres et apprentis, les mécènes et commandes d'oeuvres d'art ou encore les risques pris pour observer des dissections, interdites par l'Eglise, et ainsi apprendre l'anatomie.

 

Une série que je continuerai avec grand plaisir !

 

 

 

© 2016 manga-news.com  @ 2013 by KEI OHKUBO

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 16:27 - Manga - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Arte. 1

    M'est avis que ce manga aborde un thème intéressant : les femmes de la Renaissance ne sont pas aussi soumises que l'on pourrait le penser au premier abord (déjà au Moyen Age s'illustraient des pionnières des stratégies politico-culturelles comme Ermengarde de Narbonne ou Aliénor)... Malgré les pesanteurs paternalistes tridentines, et le clinquant doré des hommes de pouvoir, malgré les préjugés phallocratiques - y compris chez certains doctes humanistes -, nombre de femmes savent contourner les obstacles sociaux pour tisser des réseaux divers et satisfaire pleinement de légitimes ambitions.

    Posté par Makhno, 08 juin 2016 à 19:32 | | Répondre
Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags