Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

28 mars 2017

Marion, 13 ans pour toujours

9782253185765-001-t

 

Marion, 13 ans pour toujours

Nora Fraisse

Le Livre de Poche, 2015

186 p.

6.30 €

 

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

Résumé éditeur

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.
Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.
J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.
J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.
J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.
J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

 

Mon avis

Après l'avoir lu à sa sortie, ma belle-soeur m'avait donné ce livre, mais je n'avais jamais eu le coeur de l'ouvrir, je repoussais le moment où je me lancerai dans ce que je savais être une lecture éprouvante. Mais, comme vous le savez, je travaille depuis 2 mois sur le harcèlement avec mes élèves de 4è et il allait donc de soi que je devais sortir ce témoignage de ma PAL.

Nora Fraisse a écrit ce livre comme une lettre ouverte à sa fille. Elle raconte cette journée terrible où elle la trouva pendue dans sa chambre, la culpabilité de n'avoir rien vu en tant que parent, l'enquête menée pour découvrir la vérité, le silence des institutions et la réaction des médias, le tout, en s'adressant directement à Marion et en laissant explicitement transparaître sa colère et son incompréhension.

Ce texte est donc très fort, il prend aux tripes en nous faisant passer par toutes les émotions que l'on partage avec l'auteur.

Ce qui m'a beaucoup choquée, c'est la réaction du collège de Marion, qui, en plus de n'avoir pas agi quand il était encore temps, n'a pas soutenu sa famille et écarté le problème pour ne pas en avoir ! L'auteur remet beaucoup en cause les professeurs, qui ne savaient pas gérer la classe de Marion, et surtout le directeur du collège qui a donné l'ordre de ne pas témoigner de soutien, sous aucune sorte, et a voulu tout de suite étouffer l'affaire.

Je me suis donc demandé si j'avais bien fait d'acheter ce livre pour le collège sans l'avoir lu auparavant car une grande partie du texte porte sur ce point et sur ce que les profs "devraient" faire (c'est toujours un peu facile de nous taper dessus quand on est extérieur à l'éducation nationale...). Je suis encore assez partagée mais je pense qu'il n'y a rien de plus fort que ce type de témoignage pour créer un électrochoc et que ce genre de tragédie n'arrive plus. Si vous choisissez de l'acheter pour un lectorat d'ados (à partir de 14-15 ans), un accompagnement sera donc nécessaire : expliquons qu'il s'agit là d'une véritable histoire, que certains passages sont très durs et que ce qu'il s'est produit dans ce collège (je parle ici du comportement inacceptable de l'équipe éducative) est un cas précis mais pas une généralité.

 

 

"La plupart des adultes ramènent ces affaires de harcèlement à des gamineries. C'est irresponsable. Dans ces cas tragiques, il ne s'agit pas de bagarres ordinaires de cour de récrée. Souvent, il y a un effet de meute. Personne n'entend, on tourne la tête. Les enfants harcelés par leurs pairs se retrouvent réduits au silence, étouffés. Le mot d'ordre véhiculé par ces petites bandes est simple : "Si tu parles, t'es une balance !" On se croirait dans la mafia. Les victimes se taisent. Si elles osent parler, elles se retrouvent isolées. La meute se déchaîne, avec un sentiment de totale impunité. Chacun se sent protégé par le groupe, solidaire dans la cruauté. Ensemble, ils sont forts. Ils pourchassent leur proie dans les recoins du collège, jusque dans son intimité, jusqu'à sa chambre, jusqu'à son lit, via les réseaux sociaux. Cela ne s'arrête jamais, jamais, jamais."

 

 

"Quand je plaide pour une « tolérance zéro », je veux dire qu’une seule insulte doit être relevée par un rapport. La deuxième doit valoir un passage en conseil de discipline, la troisième une exclusion de l’établissement. Moi, quand je vais au boulot, si je traite une collègue de « connasse » ou de « pute » en pleine réunion, la direction des ressources humaine me convoque et on me donne mes cartons. L’incroyable est que l’on protège mieux les adultes que les enfants. Le harcèlement moral entre collègues ou même entre époux est puni par la loi. Mais jusqu’à tout récemment, rien n’était prévu pour les élèves. Alors qu’un enfant est plus fragile qu’un adulte, on le privait de recours."

 

"Voilà, tu avais pris ton envol, tu avais de bonnes notes, tu étais avec ton petit ami. La jalousie éprouvée par certaines a enflé. Cette fois, il ne s’agissait plus des élèves qui ont fini par être chassés du collège. Il ne s’agissait plus de ces gens que tu n’appréciais pas spécialement.
Non, cette fois, ce sont tes préférés, les copines et copains appartenant à ton petit cercle, qui se sont attaqués à toi. Je pense que c’est cela qui t’a fait basculer. A travers les messages que j’ai pu lire sur Facebook, ça va dans tous les sens, mais on devine l’ambiance pourrie, ton sentiment d’insécurité, l’anxiété qui t’étreint peu à peu."

 

"Internet, c'est comme la voiture. Certain, si tu leur mets un volant entre les mains, deviennent fous et s'en servent comme d'une arme."

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 10:28 - Drames - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Marion, 13 ans pour toujours

    Je n'ai pas lu ce livre (j'ai juste vu le film) mais par contre j'ai lu la lettre ouverte des enseignants de ce collège qui remettent en question les propos de Nora Fraisse... Je ne veux pas dire que ce qu'elle dit est faux mais je pense que la situation est peut-être plus complexe que ce qu'elle raconte (mais vu sa situation c'est bien normal de vouloir trouver des coupables).

    Je t'ai nominé sur mon blog aujourd'hui : http://blogonoisettes.canalblog.com/archives/2017/03/29/34995042.html

    Posté par petite noisette, 29 mars 2017 à 11:27 | | Répondre
Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags