Calypso

Des conseils de lecture, bricolages et animations en littérature petite enfance, jeunesse et young adult.

01 avril 2017

Celle qui voulait conduire le tram

couv42185381

 

Celle qui voulait conduire le tram

Catherine Cuenca

Talents Hauts, 2017

160 p.

14 €

 

 

Ma note : 20/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

1916 : les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place. Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin.

 blanc

Mon avis

Encore une pépite chez Talents Hauts ! Ce roman revient sur le rôle des femmes durant la Première Guerre Mondiale et sur le cas précis d'Agnès, devenue "wattwoman" ou conductrice de tramway à Lyon. Ce travail, désormais accessible aux femmes puisqu'il faut remplacer les hommes partis à la guerre, est une révélation pour elle car elle se voit capable d'exercer un autre métier que celui d'ouvrière, gagnant ainsi mieux sa vie, et c'est grâce à lui qu'elle va faire des rencontres déterminantes qui vont la pousser à s'engager dans la lutte pour les droits des femmes aux côtés de Madeleine Pelletier. Mais que deviendront tous ces espoirs quand son mari Célestin, rentré du front, aigri et alcoolique, s'en rendra compte ? Ces femmes courageuses parviendront-elles à faire entendre leur voix malgré le sexisme, les préjugés et l'homophobie ambiants ?

blanc

"- Cette guerre a tout foutu en l'air, assène Célestin. A cause d'elle, je me retrouve estropié et toi tu passes tes journées aux manettes d'un tramway. Tu parles d'une chance !

Agnès est ébranlée. Voilà longtemps qu'il avait cessé d'évoquer son travail. Elle pensait qu'il avait accepté son choix de ne plus travailler à l'usine. Comment peut-il comparer le métier de wattwoman à une infirmité ?" p.50

blanc

"- On doit trouver les moyens d'agir ! décrète l'ancienne receveuse d'un ton chargé de révolte. Ces quatre dernières années, nous avons démontré que nous valions autant que les hommes et on ne nous a accordé aucune reconnaissance, d'aucune sorte ! On ne peut pas se soumettre à une telle injustice ! Tu acceptes de vivre comme avant, toi ?

- Non, concède Agnès. Mais que pouvons-nous faire ?

- Il paraît que les députés débattent d'une proposition de loi pour nous accorder le droit de vote, chuchote Renée. Ils essaieront sûrement d'enterrer le projet en prétendant que les femmes, par nature, n'aspirent à rien d'autre que de s'occuper de leur famille et de leur maison. Le club organise une réunion la semaine prochaine pour discuter de la manière de les pousser à prendre la bonne décision. Il paraît que Madeleine Pelletier viendra tout exprès de Paris pour y assister, tu te rends compte ?" p.72

blanc

"Voter, c'est exister ! scande-t-elle, aussitôt imitée par Renée. Voter, c'est exister !" p.113

blanc

"- Vous n'êtes qu'une poignée à vous agiter, comment peux-tu parler au nom de toutes les femmes ? soupire Célestin. Pourquoi tu ne peux pas te comporter comme les autres ? Comme une femme normale !

- C'est quoi, au juste, une femme normale ? Une boniche sans cervelle, une esclave que tu sonnes quand tu as besoin d'elle ?

- Ces saletés de gouines t'ont tourné la tête, ma parole !" p.120

 

blanc

Retrouvez d'autres titres dans la collection Les héroïques :

 

Quand le monstre naîtraLes mangues resteront vertesDes cailloux à ma fenêtre

 

blanc

 

Merci aux éditions Talents Hauts

 

editions-talents-hauts-1471595573

 

 

 

 

 


Commentaires sur Celle qui voulait conduire le tram

Nouveau commentaire