Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

22 août 2017

Le fils de l'Ursari

couv60371602

 

Le fils de l'Ursari

Xavier-Laurent Petit

L'école des loisirs, 2016

270 p.

15.80 €

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Quand on est le fils d'un montreur d'ours, d'un Ursari comme on dit chez les Roms, on sait qu'on ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Harcelés par la police, chassés par des habitants, Ciprian et sa famille ont fini par relâcher leur ours et sont partis se réfugier à Paris où, paraît-il, il y a du travail et plein d'argent à gagner. A peine arrivés dans le bidonville, chacun se découvre un nouveau métier.
Daddu, le montreur d'ours, devient ferrailleur, M'man et Vera sont mendiantes professionnelles, Dimetriu, le grand frère, est "emprunteur" de portefeuilles et Ciprian son apprenti. Un soir, Ciprian ne ramène rien de sa "journée de travail". C'est qu'il a découvert le paradis, le jardin du Lusquenbour où il observe en cachette des joueurs de tchèquématte. Le garçon ne connaît rien aux échecs mais s'aperçoit vite qu'il est capable de rejouer chaque partie dans sa tête.
C'est le début d'une nouvelle vie pour le fils de l'Ursari…

 

Mon avis

Comme Sophie lit nous a parlé de ce livre avec émotion, je l'avais mis dans ma pile de lectures prioritaires pour le défi Babelio malgré un sujet qui m'attirait moyennement. Lire une histoire sur une famille Rom immigrée en France m'intéressait beaucoup mais je redoutais toute la partie liée à la passion du héros pour les échecs... qui ne m'a finalement pas du tout dérangée ! Je me suis réellement attachée à toute cette famille, dont on apprend à comprendre les coutumes et le mode de vie, qu'il soit folklorique et nomade en Roumanie, ou en tant que migrants vivants de la mendicité dans les rues de Paris et dans un danger permanent. Ce sera grâce aux échecs, aux deux adultes qu'il observe jouer en cachette et à sa formidable mémoire que le petit Ciprian aura une chance de s'en sortir et de prendre un nouveau chemin.

 

Un très beau roman, aussi drôle que touchant, qui nous fait réfléchir sur notre regard porté aux migrants.

 

 

"- Je sais ! s'est écrié Daddu. Il nous demande si on a de quoi payer.
Et il a sorti de sa poche le billet de cinquante leiki. La Montagne a éclaté de rire. Il a encore dit des choses qu'on ne comprenait pas, en répétant sans arrêt le mot "zorro".
- Ben oui, a fait Dimetriu comme si c'était évident, la France, c'est l'Europe. On ne paie pas avec des leiki, mais avec des zorros. Si t'en as pas, t'as rien."

 

"Les gens qui ont des maisons se méfient de ceux qui n'en ont pas. C'est pour ça qu'ils cassent celles qui sont vides et dans lesquelles on pourrait s'installer. Pour être sûrs qu'on ne leur ressemble jamais."

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 11:02 - Récits de vie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Le fils de l'Ursari

Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags