Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

21 novembre 2017

La faucheuse

couv4750269

 

La faucheuse

Neal Shusterman

Robert Laffont, 2017

493 p.

18.90 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

 

Mon avis

Pour une fois, le contenu du livre ne correspondait pas à ce que je m'étais représenté en lisant le résumé et je l'ai aimé quand même. On a même frôlé le coup de coeur, mais les longueurs ont fini par peser sur ma lecture pour qu'elle en soit un.

Alors qu'on s'attendrait à suivre le quotidien de la Mort en personne, solitaire, terrifiante et mystérieuse, nous découvrons un univers qui relève clairement de la science-fiction : l'auteur imagine un monde futuriste dans lequel la mort naturelle n'existe plus, où toutes les blessures sont soignables, peu importante leur gravité, un monde où l'on peut choisir de recommencer sa vie à l'âge que l'on veut. Pour compenser ce contrôle sur la mort et réguler le nombre des vivants, des faucheurs sont chargés de "glaner" des victimes choisies selon des critères statistiques. 

L'univers imaginé est très riche, à l'image du contenu dense de ce premier tome (500 pages !) qui alterne récit d'apprentissage de Citra et de Rowan, des extraits des journaux de bord tenus par leurs maîtres faucheurs et de courts chapitres sur leurs victimes. Les thèmes de réflexion amenés par le sujet central du roman, la mort, sont nombreux et intéressants, posant même des questions éthiques, parfois dérangeantes : comment choisir les personnes qui doivent disparaître ? Que se passerait-il si même ceux qui incarnent la mort manquaient de morale ? Et que penser du Thunderhead, intelligence artificielle à l'origine de cette société utopique ?

 

 

 

"Le Thunderhead savait absolument tout. Où et quand construire une route ; comment mettre fin au gaspillage de nourriture dans le commerce alimentaire et donc comment éliminer la famine ; comment protéger l’environnement d’une population en constante croissance. Il créa des emplois, vêtit les pauvres et établit le Code mondial. Pour la première fois de l’histoire, la loi n’était plus un pâle reflet de la justice. La loi était la justice.
Le Thunderhead nous a donné un monde parfait. L’utopie dont nos ancêtres se contentaient de rêver est devenue notre réalité.
Il n’y eut qu’une chose sur laquelle le Thunderhead ne put pas exercer son autorité.
La Communauté des Faucheurs."

 

 

"— Tu vois au-delà des apparences de ce monde, Citra Terranova. Tu ferais une bonne faucheuse.
La jeune fille tressaillit.
— Jamais je ne voudrais en devenir une.
— C'est justement la première condition.
Sur ces mots, il sortit et s'en alla tuer leur voisine."

 

 

"Nous avons pour consigne de coucher sur papier non seulement nos actes, mais aussi nos ressentis, car il est impératif de montrer que nous avons des sentiments. Des remords. Des regrets. un chagrin incommensurable.
Parce que, si nous n'éprouvions pas toutes ces émotions, cela ne ferait-il pas de nous des monstres de la pire espèce ?"

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 18:11 - Science-fiction - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur La faucheuse

Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags