Calypso

Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.

03 février 2020

Les dames de Kimoto

G02035

 

Les dames de Kimoto

Sawako Ariyoshi

Folio, 2018

320 p.

7.50 €

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé éditeur

«Le mont Kudo était encore voilé par les brumes matinales de ce début de printemps. La main serrée dans celle de sa grand-mère, Hana franchissait les dernières marches de pierre menant au temple Jison. L’étreinte de la main autour de la sienne lui rappelait que, maintenant qu’elle allait être admise comme bru dans une nouvelle famille, elle cesserait d’appartenir à celle où elle avait vécu les vingt années de son existence.»

À travers le récit des amours, des passions et des drames vécus par trois femmes de générations différentes, Les dames de Kimoto dresse un tableau subtil et saisissant de la condition féminine au Japon depuis la fin du XIXe siècle.

 

Mon avis

Je poursuis ma découverte de la littérature japonaise avec cette auteure, considérée comme la Simone de Beauvoir japonaise. Dans ce roman, nous suivrons plusieurs générations de femmes d'une même famille et, à travers elles, la confrontation entre des époques et des mentalités bien différentes ! 

On découvre d'abord le personnage central, Hana, le jour de son mariage. C'est aussi le moment de la mise en place des personnages secondaires et du contexte historique qui nous plonge dans un Japon attaché aux coutumes et aux traditions. Très proche de sa grand-mère qui les lui avait transmises, Hana compte poursuivre ce lien à son tour avec sa propre fille, Fumio. Mais celle-ci, rebelle et féministe avant-gardiste, va complètement rejeter ce qu'elle considère comme de simples superstitions, incarnant le monde moderne qui est en train de voir le jour. On suivra enfin, dans la dernière partie, la petite-fille d'Hana, dans un Japon transformé par la Seconde Guerre Mondiale.

J'ai beaucoup aimé cette réflexion sur le conflit inter-générationnel entre les personnages du roman, en particulier l'incompréhension entre Hana et sa fille. Le rejet par Fumio, étudiante dans un grande ville pendant les années 20, de tout ce qui constitue le monde de sa mère et de ses ancêtres est très violent pour celle-ci mais on comprend aussi son envie d'émancipation. Deux mondes s'opposent, y compris en ce qui concerne la conception de la place des femmes, dans la famille comme dans la société.

Ce roman ne sera cependant pas un coup de coeur car je lui ai trouvé beaucoup de longueurs due à cette forme de narration, lente et contemplative, si particulière aux romans japonais, tout comme ses personnages, froids et assez antipathiques. Les ellipses temporelles sont aussi assez déroutantes, nous faisant passer de longs passages centrés sur un moment précis de l'histoire à des sauts de plusieurs jours ou mois en une seule ligne, ce qui donne un drôle de rythme au roman.

 

 

"Sans doute la maison qui avait abrité la famille conforme aux concepts patriarcaux était-elle secouée par la tempête des temps nouveaux, mais il n'était pas permis à Hana de la quitter. Elle resterait tranquillement installée dans la grande pièce jusqu'à ce que les grosses poutres s'effondrent sur elle et que la demeure soit réduite en cendres."

 

 "- Mais en quoi ma mère est-elle si courageuse ? Elle ne s'impose jamais, elle est toujours à la disposition de mon père. Quand je l'ai quittée, elle était dans la maison, en train d'enduire de noir les dents de grand mère. L'idée qu'elle accepte des choses pareilles sans protester me donne des frissons dans le dos. A l'entendre, l'éducation qu'il me faut, c'est uniquement le thé, les fleurs et le koto ! Elle ne semble pas comprendre que nous vivons dans une nouvelle époque !"

 

"Le soleil éblouissant faisait monter un chaud parfum de la masse des gerbes. Hana se souvint que, dans l'art des parfums, on parlait "d'entendre" un parfum, plutôt que de le sentir. Ici, elle "entendait " l'automne."

 

 

 

 

 

 

Posté par _Lottie_ à 14:52 - Historique - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Les dames de Kimoto

  • Ayant lu attentivement ton avis affûté sur ce roman - que je ne connaissais aucunement -, j'ai eu envie de le découvrir et je viens donc de me le procurer. Je ne vais pas tarder à le "dévorer" je pense, afin d'élargir mon horizon culturel vers l'inspirant univers du soleil levant... Merci encore pour tout ton travail - enrichissant et pertinent - sur ce merveilleux blog !

    Posté par Makhno, 08 février 2020 à 13:14 | | Répondre
Nouveau commentaire
Des idées de lectures pour tous et mes actions en tant que prof-doc en collège ☕.


Tags